Denis Lebel lance deux courses du même souffle

Le ministre conservateur Denis Lebel a donné dimanche... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste)

Agrandir

Le ministre conservateur Denis Lebel a donné dimanche le coup d'envoi et de la campagne électorale, et de la course NASCAR Canadian Tire au Grand Prix de Trois-Rivières. On le voit en compagnie du candidat dans Trois-Rivières, Dominic Therrien.

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Le ministre Denis Lebel ne s'est pas contenté de sonner le départ de sa course électorale à Trois-Rivières, il a également donné le départ de la course NASCAR Canadian Tire du Grand Prix dimanche. Si cette dernière course dure cinquante tours, la première se prolongera sur onze semaines. Et d'ici là, les annonces fédérales tant attendues, comme celle visant à assainir les eaux usées de Shawinigan, risquent d'être reportées jusqu'au 19 octobre. Drapeau rouge.

Le député de Trois-Rivières, Robert Aubin, est venu... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le député de Trois-Rivières, Robert Aubin, est venu assister au point de presse organisé par son adversaire à la Chambre des communes.

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

Poignées de main dans l'estrade VIP, poignées de main dans la loge du président, poignées de main dans la loge privilège, poignées de main dans les loges corporatives, poignées de main sur la grille de départ alors que les pilotes réchauffent leur moteur. Si le ministre Lebel n'a pas pris de bain de foule, à l'inverse de Justin Trudeau samedi, il a également serré beaucoup de mains, dimanche. Idem pour le candidat conservateur dans Trois-Rivières, Dominic Therrien, qui l'accompagnait. Quelques heures auparavant, le premier ministre Stephen Harper annonçait le début de la 42e élection générale canadienne.

En point de presse, le ministre Lebel a tenu à justifier le déclenchement des élections onze semaines avant le scrutin du 19 octobre prochain. Reprenant les grandes lignes du discours que son patron avait déclaré sur le parvis de Rideau Hall, M. Lebel a suggéré que «tout le monde était en campagne de toute façon. Les gens avaient bien beau dire [le contraire], les gens étaient en campagne. Aujourd'hui c'est formel, c'est officiel. Les règles du jeu sont connues».

M. Lebel avoue que s'il a choisi Trois-Rivières pour le premier tour du circuit électoral, c'est par «choix personnel» et pour encourager le candidat Dominic Therrien, d'autant plus que le Parti conservateur ne cache pas ses ambitions et pour le Québec en général, et pour Trois-Rivières en particulier. «Le Parti conservateur a toujours supporté le Québec et on espère que les Québécois supporteront davantage le Parti conservateur», appelle-t-il de ses voeux.

Aucune promesse en vue

Lorsqu'on le questionne, à brûle-pourpoint, sur la subvention de 14 millions $ attendue par la Ville de Shawinigan afin de défrayer le tiers des coûts inhérents à la construction d'un réseau d'égouts autour du lac à la Tortue, le ministre Lebel sourit. C'est que les annonces espérées risquent fort de faire anti-chambre tout l'été.

«À partir de maintenant, les annonces se feront après la campagne électorale. Pour nous, maintenant, on se concentre sur la campagne électorale. On travaille très fort. Je connais plusieurs dossiers qui étaient prêts à être annoncés... Je ne ferai que sourire», image M. Lebel en guise de réponse.

Rappelons que Shawinigan attendait le o.k. du gouvernement fédéral pour commencer sa consultation publique et jauger l'intérêt des citoyens du secteur Lac-à-la-Tortue de creuser autour du plan d'eau un système d'égouts, projet évalué à 43 millions $ répartis à parts égales entre Shawinigan, Québec et Ottawa.

Sur une autre note, M. Lebel ignore si Stephen Harper se présentera en Mauricie, voire à Trois-Rivières, au cours des onze prochaines semaines. «On verra plus tard», s'est-il contenté de dire.

«Je suis super content que le ministre soit là», renchérit Dominic Therrien, qui a l'intention de ne pas appuyer sur la pédale de frein au cours des prochaines semaines. «C'est un signe fort pour Trois-Rivières. On veut revenir à la table des décideurs.»

Quant aux circonscriptions de Berthier-Maskinongé et de Bécancour-Nicolet-Saurel, qui ne disposent toujours pas de candidat pour défendre les couleurs de Stephen Harper, M. Lebel confirme qu'il y «aura bien sûr des candidats dans tous les comtés».

Le NPD présent au point de presse

Au pied des marches qui mènent à la loge du président du GP3R, Robert Aubin écoutait d'une oreille attentive. «Je suis toujours intéressé à entendre ce qu'il va dire», mentionne le député de Trois-Rivières en parlant de Denis Lebel. M. Aubin est d'avis que la voiture du NPD est huilée à point pour une course d'endurance comme le 24 Heures du Mans.

«Les gens ont l'impression d'être surpris par une campagne à long terme, c'est vrai que c'est surprenant la durée de la campagne, mais ce qu'il faut voir c'est que cette réforme électorale qui a été faite à moitié, à la fois sur le financement et sur le temps, fait en sorte qu'on est déjà dans un marathon depuis longtemps», estime-t-il.

Après la visite éclair de Justin Trudeau et celle du ministre Denis Lebel, faut-il s'attendre à recevoir Thomas Mulcair dans le cockpit de Laviolette? «Dans la région, très certainement. Il faut savoir qu'à Trois-Rivières, M. Mulcair est venu à toutes les années depuis 2011, et même souvent plus d'une fois par année. Alors il est loin d'être impossible qu'on le revoit durant la campagne. Je sais qu'il a déjà un rendez-vous de prévu dans la région pour le 11 août», conclut M. Aubin.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer