L'or du golfe: ce qu'il faut savoir sur le pétrole québécois

Le réalisateur Ian Jaquier... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le réalisateur Ian Jaquier

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) On a projeté lundi, au Tapis rouge, le documentaire L'or du golfe en présence de son réalisateur Ian Jaquier devant un public formé principalement de convertis, membres de groupes qui s'opposent à l'exploitation des hydrocarbures au Québec ou au passage de pipelines sur les terres de la région.

Leurs préoccupations ont certainement trouvé écho dans le film qui fait une démonstration convaincante de l'absurdité de développer maintenant les hydrocarbures que contient le sous-sol québécois compte tenu des retombées minimes que cela pourrait procurer à l'ensemble de la population. Retombées qui apparaissent en totale disproportion avec l'ampleur des risques environnementaux encourus.

Ian Jaquier est entré dans ce projet quand le chanteur Kevin Parent l'a interpellé sur cette question, lui qui avait été directement touché par les inconvénients d'un forage réalisé chez son voisin, en Gaspésie. «Kevin est venu me voir il y a quatre ans en me disant qu'il se préparait de grands projets d'exploitation de ressources pétrolières et que ça ferait un bon film que d'enquêter là-dessus, d'indiquer le réalisateur. Je ne connaissais pratiquement rien du dossier mais j'avais l'intuition que ça pourrait devenir un enjeu important, à un moment donné. On a recueilli des informations, Kevin m'a présenté des gens. Je peux garantir que tous les chiffres et toutes les données exposées dans le film sont vérifiables: elles viennent soit du gouvernement, soit des compagnies pétrolières.»

«On a pris l'approche proposée par Kevin au départ, à savoir celle du gros bon sens. Il voulait toucher le coeur de l'ensemble de la population. Au départ, je m'attendais à ce que les pétrolières soient les gros méchants de l'histoire et j'ai découvert que leurs dirigeants sont des entrepreneurs qui réclament des règles claires au même titre que les citoyens. C'est le gouvernement qui n'arrive pas à établir un mode de fonctionnement sensé. On l'élit pour qu'il gère correctement notre patrimoine et on s'aperçoit qu'il est très sensible à des influences qui l'éloignent de son devoir.»

«J'ai regardé le dossier avec un regard macroéconomique. Les seules façons de retirer une richesse quelconque du pétrole, c'est soit par les emplois créés, soit par les redevances. Les emplois créés sont de dix à quinze fois moins importants dans le pétrole que dans d'autres secteurs comme l'hydroélectricité, par exemple. C'est une question de savoir où le gouvernement investit l'argent public et s'il en fait bon usage compte tenu que ce n'est pas un pétrole conventionnel, qu'il y en a peu, qu'il est compliqué et dispendieux à exploiter.»

Jacquier se défend d'avoir cherché à monter une charge contre l'exploitation des hydrocarbures. «Je ne dis pas non au pétrole. Je dis que tant qu'il reste dans la terre, c'est un actif qui a une grande valeur et qui vaudra, dans cinquante ans, peut-être cent fois plus que ce qu'il vaut maintenant. Peut-être qu'à ce moment-là, on aura de meilleures techniques d'exploitation, qu'on aura appris des erreurs d'autres pays et qu'on pourra l'exploiter pour que ça rapporte vraiment à la collectivité.»

Le film a commencé sa diffusion en salles il y a un mois et n'a toujours pas fait l'objet d'attaques de la part des pétrolières ou du gouvernement. Comme Radio-Canada est un partenaire dans le projet, il est assuré que le film sera présenté à la télévision à l'automne. «Il faut souligner le courage de Radio-Canada, qui est toujours assez neutre. Je leur ai exposé mon point de vue, ils l'ont approuvé et m'ont donné comme mission de prouver que j'avais raison. Ils ont vérifié tous les chiffres et toute l'information.»

Si le public de lundi était essentiellement composé de convaincus, il reste toujours au film à remplir sa mission de sensibiliser le grand public à un débat qui nous concerne tous en tant que détenteurs de la ressource et utilisateurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer