Roy Dupuis: l'acteur qui raconte des histoires

Comme pour tous ses rôles au cinéma, Roy... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Comme pour tous ses rôles au cinéma, Roy Dupuis s'est investi avec ferveur pour son personnage de Vincent dans Roche papier ciseaux.

Photo: François Gervais

Partager

Sur le même thème

François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) N'importe quelle production peut s'assurer d'une bonne visibilité et même d'un achalandage intéressant aux guichets par la seule présence de Roy Dupuis à son générique. Le problème, c'est de convaincre l'interprète d'embarquer dans l'aventure.

Ce n'est un problème que dans la mesure où Roy Dupuis a le choix de ses rôles et qu'il n'adhère pas forcément aux films qui auront le plus de succès ou qui vont lui rapporter le plus d'argent.

«Le critère qui fait la différence quand je lis un scénario, explique-t-il, c'est qu'il me surprenne. Je ne recherche même pas un personnage intéressant: ce qui m'intéresse le plus, c'est l'histoire, le film dans son ensemble. J'aime raconter des histoires.»

Avec Roche papier ciseaux, il a choisi une histoire assez peu conventionnelle menée par un tout jeune réalisateur qui n'en est qu'à son premier long-métrage. «Oh, tu sais, un réalisateur, c'est un réalisateur. S'il a une bonne histoire à raconter et qu'il sait ce qu'il fait, qu'il soit jeune ou pas ne change pas grand-chose. De toute façon, tu ne peux pas savoir d'avance comment le tournage va se passer. Un tournage, c'est sur place, dans l'expérience, que tu le découvres. Il n'y a pas deux tournages semblables.»

Dupuis est un perfectionniste. Son expertise acquise avec près de 25 ans de travail devant les caméras lui permet de s'impliquer intensément dans les projets pour lesquels il se donne. «J'arrive avec mon point de vue sur le personnage et le film. Je m'investis. Je fais mes propositions, on en discute. Je ne pourrais pas faire autrement.»

Dans ce nouveau film, il interprète Vincent, un médecin asservi au crime organisé chinois auprès duquel il avait contracté des dettes de jeu. «Ma façon d'aborder le personnage, c'est en le voyant comme quelqu'un qui veut disparaître. Il ne trouve pas de solution pour amener sa vie ailleurs. Je pense que foncièrement, c'est un film sur la notion de choix. Certaines personnes ont fait de mauvais choix et elles doivent vivre avec. Il y est aussi question de hasard et de destin qui viennent élargir l'histoire, lui donner du ressort.»

«Vincent a un côté effacé mais il se retrouve dans des situations extrêmes. Chez lui, la gestuelle est très importante. Il a développé une grande habileté manuelle en tant que médecin qui se manifeste dans une gestuelle sur laquelle j'ai beaucoup travaillé.»

L'acteur peut bien analyser son jeu en termes techniques, il reste qu'au final, un personnage, on doit le faire vivre. «Tout ce que je suis comme individu nourrit l'acteur en moi. Ce que j'ai appris de la vie et ce que j'en apprends toujours déterminent comment je perçois les choses, ce que j'aime et comment je l'exprime. Cette influence est là dès la lecture du scénario. À cette étape, moi, je suis comme n'importe quel spectateur et j'essaie de m'imaginer ce que cette histoire pourrait donner au grand écran. Je me fais une vision que j'essaie de partager avec le réalisateur.»

«Ici, par exemple, le fait qu'on ait une histoire qui tourne autour d'un personnage amérindien, ça m'a intéressé. Les autochtones ont beaucoup à nous apprendre. Il ont tout un système social complexe et foncièrement différent du nôtre et qui mérite qu'on s'y intéresse.»

Il se dit très content du film dans son ensemble. «L'histoire est quelque part à mi-chemin entre la réalité et quelque chose de complètement irréel. Le film fait preuve d'audace mais demeure accessible et divertissant. La caméra est très belle également en plus d'être efficace. C'est vraiment un film bien fait, je suis fier d'y avoir participé.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer