Quand La Tuque unit deux sportifs...

Debbie Savoy Morel et Denis Morel... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Debbie Savoy Morel et Denis Morel

Photo: François Gervais

Marc Rochette
Le Nouvelliste

Les deux sont arrivés à La Tuque en bas âge. Les deux ont découvert la passion du sport à La Tuque. Les deux ont uni leur vie à La Tuque après s'être rencontrés autour d'un... vert. Les deux ont connu une carrière impressionnante, l'un comme arbitre dans la Ligue nationale de hockey, l'autre comme professionnelle et championne de golf. Bref, l'histoire exceptionnelle de Denis Morel et Debbie Savoy Morel est étroitement liée à La Tuque.

D'abord, c'est à l'âge de deux ans que la petite fille de Dalhousie, au Nouveau-Brunswick, fait son arrivée en Haute-Mauricie, son père étant transféré à l'usine CIP. Et la famille de deux enfants s'installe au 15, Carré Paquin, juste en face... du terrain de golf!

«Puisque mon frère jouait déjà, j'ai commencé à l'âge de 13 ans et un an plus tard, Jean-Marie Laforge m'a inscrite à un tournoi à Cap-Rouge où j'ai cassé le 100. Parce qu'on ne me croyait pas, j'ai demandé à Jean-Marie de me montrer à jouer et deux ans plus tard, je faisais partie de l'équipe junior du Québec», se plaît-elle à raconter.

Et jouer au golf, elle l'a définitivement bien appris. Car au fil des ans, Debbie Savoy Morel a fait l'équipe du Québec à 14 reprises et l'équipe canadienne à 12 occasions en plus de participer au championnat du monde et aux Jeux du Commonwealth. Treize fois, elle a été nommée dans les Top 10 des meilleures golfeuses au Canada en plus de se distinguer parmi les 50 professionnels enseignant au pays.

Son expertise l'amène à explorer plusieurs avenues: analyste sportive à la télévision, enseignante dans des émissions spéciales de golf télévisées, chroniqueuse dans des revues de golf réputées telle que le Golf AGP International. En 2006, elle réalise un rêve en mettant sur le marché un DVD d'enseignement pour le golf intitulé Un élan pour la vie.

Détentrice d'un baccalauréat en administration des affaires, en relations humaines et marketing de l'Université Bishop, Debbie Savoy Morel a aussi travaillé dans l'industrie papetière en plus «d'être à la maison à temps plein» pendant plusieurs années. Aujourd'hui, leur fils Shawn vit en Californie et leur fille Kimberley, tout près des parents, à Trois-Rivières.

Depuis 1997, leur mère est professionnelle en titre au club de golf Le Mirage, propriété de René Angélil et Céline Dion, à qui elle a eu le privilège d'enseigner le golf.

Né à Québec, Denis Morel déménage à La Tuque à l'âge de cinq ans, aussi en raison du travail paternel, mais au Canadien National.

Deuxième d'une famille de trois gars, il a grandi sur la rue Laurier avant de vivre par la suite «en haut chez Spain» et sur la rue Castelneau.

Évoquant deux autres diplômés de l'époque, soit son frère Yvon et Roland Lacoste, l'enseignant en éducation physique a signé son premier contrat professionnel comme arbitre à l'âge de 22 ans avant d'obtenir un premier mandat dans la LNH en 1977.

«En grandissant à La Tuque, on apprend le système D. Je savais que je pourrais très bien me débrouiller», confie-t-il.

Au terme d'une longue et brillante carrière sur les patinoires de la LNH, il devient superviseur des arbitres de 1994 à 2004 avant d'être dépisteur pour les Canadiens de Montréal pendant quatre ans. Aujourd'hui, il «aide le junior majeur par le coaching des officiels».

Le couple conserve de précieux souvenirs de leur jeunesse à La Tuque.

Si du côté de Debbie, l'influence de «Madame Peach» fut indéniable pour l'amener à s'impliquer dans différentes activités, de danseuse à claquette à majorette, Denis, pour sa part, se rappelle de son bénévolat parascolaire et de sa prise en charge de la programmation des 24-Heures, ce marathon de nage international.

En plus de ce sens commun de l'engagement communautaire et sportif, les deux, pour qui La Tuque demeurent leurs racines, partagent leur vie depuis un bon moment.

D'ailleurs, le 4 juin prochain, lors du gala des ambassadeurs latuquois, ils fêteront leur 34e anniversaire de mariage.

En effet, c'est le 4 juin 1977 que leur union fut célébrée en l'église Marie-Médiatrice. Et, l'aurait-on deviner, les noces ont eu lieu... au club de golf!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer