Un vrai gars de vente

Guy Fortin...

Agrandir

Guy Fortin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Montréal) Qui n'a pas remarqué, un jour, ces fameux panneaux publicitaires dans les toilettes publiques sous la signature de Zoom Média? Or, c'est un Latuquois qui est derrière cette véritable révolution des années 90.

«Je suis un gars de vente. Je suis tombé dans la soupe quand j'étais petit», affirme le créateur originaire de La Tuque. Né le 14 juillet 1965, ses parents André Fortin et Nicole Martel demeurent toujours sur la rue Desbiens.

Pourtant, son parcours collégial en électrotechnique-instrumentation, au Cégep de Trois-Rivières ne laissait pas présager pareille carrière.

«C'était la catastrophe dans les laboratoires et je le savais que ça ne m'intéresserait pas», avoue celui qui, pendant ses trois années d'études, retournait dans son patelin pour un travail d'été, tantôt à la Ville, tantôt à la commission scolaire.

Parallèlement, il travaillera dans des boutiques de Trois-Rivières, au Château et au Clandestin, à raison de 30 heures par semaine.

«J'aimais plus la vente que l'électronique. Je trippais. Je voulais faire ce que j'aime et non ce qui est le plus payant», confie l'homme de 45 ans.

Ayant quitté «sur un coup de tête» son emploi, il retourne vivre à La Tuque «une couple de mois» avant de s'inscrire en administration à l'UQTR. Celui qui rêvait d'avoir son propre magasin n'aura pas tardé à se spécialiser en marketing.

C'est lors de son stage au Nouvelliste qu'il devient «un passionné de la pub». Or, Guy Fortin était loin de se douter qu'un simple projet universitaire avec un ami de Québec, Carl Grenier, soit de l'affichage publicitaire dans les salles de bain publiques, allait se transformer en une PME florissante.

«À l'époque, il n'y avait pas de médias pour rejoindre les jeunes. Les toilettes, c'était donc la meilleure place pour leur parler», explique-t-il.

Et le reste appartient à l'histoire. Zoom Média voit le jour, forte des divers prix en entrepreneurship obtenus par le duo. Ironiquement, l'entreprise aura été mise au monde... par des préservatifs!

Après avoir pré-vendu le concept du panneau d'affichage dans les toilettes des bars, l'obtention d'un premier contrat avec la compagnie LifeStyles aura donné lieu à des débuts rocambolesques, dans des locaux du quartier Saint-Roch, à Québec, pour préparer le tout en catastrophe.

C'est finalement une publicité choquante de Black Label qui donnera le coup d'envoi véritable à l'entreprise avant d'attirer d'autres clients dans divers réseaux, tantôt universitaires, tantôt sportifs.

Après dix ans de succès, Zoom Média est vendue, mais son frère cadet, Éric, y travaille toujours. La firme est alors l'un des plus importants afficheurs publicitaires intérieurs au monde avec une présence à la grandeur du Canada et dans plus de 40 états américains.

Au terme d'une période sabbatique, il n'est pas question pour Guy Fortin de prendre une retraite à l'âge de 35 ans. Ayant besoin de s'accomplir, il tente l'aventure de la restauration, au Café des Éclusiers, situé dans le Vieux-Port de Montréal.

Au bout de deux ans, il revient dans l'univers de la publicité avec un ancien de Zoom, Ronald Tapiero, en fondant Traffic, spécialisée en affichage publicitaire en centres commerciaux, et Promotions Speed (www.promotions-speed.com) qui oeuvre dans l'expérientiel.

Et «le hasard fait bien les choses» quand il reçoit un coup de pouce de l'ancien directeur du Centre Les Rivières, à l'époque où il travaillait pour la boutique Le Château, Jim Cooper.

En 2005, le Fonds de solidarité de la FTQ investit dans l'organisation et devient partenaire d'affaires. Aujourd'hui, présentes à travers le pays, les deux entités se sont rapidement hissées en tête de liste de leurs créneaux respectifs.

En août dernier, Traffic acquiert Neo Advertising Canada afin de consolider sa position de leader canadien en affichage publicitaire dans les centres commerciaux.

Une première acquisition qui complète l'offre de produits et la couverture géographique existante. Depuis ce temps, la commercialisation se fait sous l'appellation Neo-Traffic (www.neo-traffic.com).

Quand il veut s'éloigner de l'effervescence d'une entreprise en plein essor, Guy Fortin se plaît à retrouver les beautés naturelles de sa ville d'enfance.

«Je fais la promotion de La Tuque comme étant la destination de chasse et pêche», conclut ce membre du conseil d'administration de GLV, une autre compagnie dirigée par un Latuquois, Laurent Verreault.

Comme quoi Guy Fortin est définitivement un gars de vente...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer