Aleris: Alcoa dépose son plan de réhabilitation

L'interminable saga entourant l'avenir de l'ancienne usine Aleris... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'interminable saga entourant l'avenir de l'ancienne usine Aleris a connu un autre rebondissement.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) L'interminable saga entourant l'avenir de l'ancienne usine Aleris a connu un autre rebondissement, mardi, alors que l'entreprise Alcoa a déposé un plan de réhabilitation du site situé dans le secteur Cap-de-la-Madeleine à Trois-Rivières.

L'ancienne propriétaire de l'endroit a donc respecté l'entente découlant de pourparlers qui ont eu lieu plus tôt cet été entre ses procureurs, ceux de l'actuel propriétaire Tim Martinez et le ministère de l'Environnement du Québec voulant qu'un plan devait être présenté au plus tard le 5 septembre.

M. Martinez n'a quant à lui pas donné signe de vie. Rappelons que l'ordonnance émise initialement par le ministère au début du mois de juin donnait dix jours ouvrables à Alcoa et à l'entreprise de Tim Martinez, Corporation de développement TR, pour présenter un plan permettant la décontamination du terrain. À la suite des discussions entre les procureurs, il a été convenu qu'un plan de réhabilitation devait être présenté avant mardi dernier.

Selon le député de Champlain, Pierre-Michel Auger, ce dénouement constitue une bonne nouvelle.

«La prochaine étape sera de procéder à l'analyse du plan comme tel, soit de savoir s'il répond aux exigences du ministère», mentionne-t-il avant d'ajouter qu'il n'est pas en mesure de se prononcer sur le temps que prendra cette analyse.

Selon les estimations, les coûts liés à la décontamination du terrain pourraient osciller entre 15 millions et 40 millions de dollars.

Rappelons que la Ville planche actuellement sur la conception du projet de développement résidentiel de près de 300 portes qu'elle souhaiterait voir pousser pour ce secteur. Le député de Champlain soutient qu'il a hâte de voir ce plan et que ce site retrouve finalement ses lettres de noblesse.

«Je ne suis pas contre l'idée. Ce que je veux, c'est que l'on récupère le site et que l'on fasse quelque chose avec», laisse-t-il tomber.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer