Shawinigan: Olymbec bien placée pour accueillir l'Office du tourisme

Si les soumissions déposées sont conformes et si... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Si les soumissions déposées sont conformes et si elles répondent aux attentes de l'OTFC de Shawinigan, l'organisme déménagera à l'intérieur de cet immeuble en pleine rénovation d'ici la fin de l'année en cours.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La saga des locaux de l'Office de tourisme, foires et congrès de Shawinigan connaîtra-t-elle enfin sa conclusion? Pour le moment, la firme immobilière Olymbec semble la mieux placée pour régler cette patate chaude qui rebondit depuis près de cinq ans.

Jeudi après-midi, l'OTFC procédait à l'ouverture des soumissions pour ses nouveaux quartiers. Fait un peu étonnant, seulement deux propositions avaient été acheminées à l'hôtel de ville. Elles ont été soumises toutes les deux par Olymbec et elles impliquent le même immeuble, situé à l'intersection de la 5e rue de la Pointe et de l'avenue de la Station.

Le premier scénario prévoit un local de 3796 pieds carrés sur deux étages, à 4745 $ par mois. La firme soumet aussi une proposition de local de 3781 pieds carrés, mais sur un seul plancher, à 5671,50 $ par mois. Le devis exigeait notamment un prix ferme pour une durée de cinq ans et une livraison pour le 1er décembre 2017.

Depuis quelques mois, cet immeuble fait l'objet de rénovations majeures. Olymbec devra garder la pédale au plancher pour remettre les clés à son locataire à la date prévue.

Valérie Lalbin, directrice générale de l'OTFC, paraissait un peu étonnée de constater qu'une seule firme avait répondu à l'appel d'offres. 

«La dernière fois, nous avions eu quatre soumissions de trois propriétaires», rappelle-t-elle. «Le bâtiment est situé dans le périmètre prédéterminé dans le devis technique. Qu'il n'y ait qu'un seul soumissionnaire, ça me surprend, mais il faisait partie de la liste des possibilités.»

À l'été 2015, l'homme d'affaires Alain Lemieux avait aussi déposé deux propositions. Les autres avaient été soumises par Patrick Racine et Gestion I.B.L. À la surprise générale, en novembre, l'OTFC avait mis fin au processus et décidait de demeurer dans ses locaux de la 5e rue de la Pointe.

Quelques mois auparavant, la Ville de Shawinigan avait appris que le gouvernement du Québec charcutait le financement des centres locaux de développement. La disparition de cet organisme, qui partageait ses locaux avec l'OTFC, soustrayait le principal locataire de ce bail avec Gestion I.B.L. jusqu'en novembre 2019. Tant qu'à payer un loyer, la Ville avait exigé que l'OTFC demeure sur la 5e rue de la Pointe.

Cet été toutefois, une entente est finalement intervenue avec Gestion I.B.L. pour mettre fin à ce contrat. En échange d'une quittance de 35 000 $, le propriétaire a finalement accepté de rompre l'entente. Le contrat de sous-location s'est donc terminé le 30 juillet. Depuis ce temps, l'OTFC est hébergé temporairement au Centre d'entrepreneuriat Alphonse-Desjardins. Dans ces circonstances, un nouvel appel d'offres a donc été lancé pour trouver des locaux permanents à l'organisme.

En 2013, l'OTFC orientait un déménagement vers l'ancien Resto Pub 57. Mais une controverse autour de l'emplacement et de la seule soumission qui avait été déposée par un administrateur de l'OTFC avait coulé le projet.

Centre-ville

La troisième tentative sera-t-elle la bonne? En assemblée publique du conseil municipal mardi, Robert St-Onge s'est présenté au micro à la période de questions pour demander pourquoi le devis de cet appel d'offres ciblait aussi précisément la 5e rue de la Pointe et le quartier Willow pour établir les bureaux de l'OTFC. 

«Avec des critères aussi précis et contraignants, on se demande pourquoi procéder par appel d'offres», a-t-il laissé tomber.

Cet assidu des assemblées publiques n'a toujours pas digéré la fermeture du bureau d'accueil touristique du secteur Grand-Mère, après la saison 2013. Cet emplacement, une porte d'entrée importante du parc national de la Mauricie, constituerait toujours un excellent choix, selon lui.

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, n'a pas répondu à la question. De son côté, Mme Lalbin fait remarquer que les mêmes critères ont été demandés dans cet appel d'offres que dans celui de 2015. Dans sa réflexion, l'OTFC est guidée par la circulation naturelle des visiteurs, la visibilité et la densité des activités du secteur, résume-t-elle.

«Nous n'avons pas eu de nouvelles discussions sur le périmètre; c'était le même que la dernière fois», explique-t-elle. «Les arguments ont tous été analysés, revus et pensés. C'est un critère comme un autre.»

Un avis que ne partage évidemment pas M. St-Onge. «Il est temps que le conseil municipal songe à étendre les pôles d'attraction économique aux autres secteurs et cesser de toujours concentrer les investissements au secteur Shawinigan», opine-t-il.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer