Port de Trois-Rivières: «un exemple d'initiative»

Le ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean D'Amour,... (François Gervais)

Agrandir

Le ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean D'Amour, (au centre) était accompagné du député de Trois-Rivières, Jean-Denis Girard, et du président-directeur général du Port de Trois-Rivières, Gaétan Boivin, lorsqu'il s'est rendu aux abords du chantier de prolongement du quai numéro 10.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) À en croire les propos du ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean D'Amour, le Port de Trois-Rivières constitue un modèle à suivre et le dynamisme dont font preuve ses administrateurs cadre parfaitement avec la vision que veut promouvoir le gouvernement du Québec dans le cadre de sa Stratégie maritime.

De passage à Trois-Rivières mercredi afin de constater de ses propres yeux l'évolution du chantier de prolongement du quai numéro 10, le ministre D'Amour a indiqué qu'il était très heureux de voir que le chantier du projet qui a été annoncé il y a presque un an jour pour jour avait été mis en branle et qu'il avançait rondement. Rappelons que ce projet nécessite des investissements totalisant 14,8 millions de dollars. L'Administration portuaire de Trois-Rivières (6,3 millions $), le gouvernement du Québec (4,8 millions $) et le gouvernement du Canada (3,6 millions $) se partagent la facture.

«C'est intéressant, car ça bouge. Alors que j'envisage de faire une tournée à l'automne pour faire des travaux de prospection au niveau de nos quais, Trois-Rivières sera aux premières loges dans ma serviette. Il s'en fait beaucoup ici. Trois-Rivières est un exemple d'initiative. Et il y a une vision qui vient avec ça. Au départ, Trois-Rivières nous a inspirés beaucoup», a déclaré le ministre.

Concrètement, le chantier qui devrait être complété d'ici à la fin de l'année consiste à prolonger le quai 10 vers l'est. Ce projet fera passer l'espace d'entreposage extérieur à cet endroit de 3000 m2 à 12 000 m2, ce qui permettra d'augmenter le trafic maritime d'une large variété de produits et de marchandises générales. Une fois terminé, ce projet complétera l'aménagement d'une zone multifonctionnelle qui a nécessité des investissements totalisant 40 millions de dollars entre 2015 et 2017. Les hangars 24 et 25 ainsi que le terminal 13 ont en effet déjà été livrés.

Une fois que ce chantier sera terminé, le Port de Trois-Rivières se lancera dans une autre phase de développement. Cap sur 2020 fera donc place à Cap sur 2030. Le président-directeur général du Port de Trois-Rivières, Gaétan Boivin, ainsi que le ministre D'Amour ont d'ailleurs profité du passage de ce dernier en sol trifluvien pour discuter de cette nouvelle phase qui se mettra en branle prochainement.

«Cap sur 2020, c'était beaucoup remettre le port à niveau en ce qui a trait aux infrastructures. Nous sommes tombés dans un bon moment avec la Stratégie maritime. Le gouvernement du Québec nous a aidés à réaliser plusieurs projets et c'est très apprécié. Cap sur 2030 sera totalement différent. Ça ne sert à rien d'avoir une infrastructure compétitive et moderne si ce qui vient avant et après n'est pas aussi productif et moderne. Nous voulons rendre le Saint-Laurent dans son ensemble encore plus productif ainsi que ce qui a après. Le Port de Trois-Rivières est un lien intermodal, alors on parle des liens avec le camionnage et le réseau ferroviaire. On a beaucoup de travail à faire en amont et en aval du port», a résumé Gaétan Boivin.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer