Le magasin Sears de Trois-Rivières épargné

Le magasin Sears du centre commercial Les Rivières... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Le magasin Sears du centre commercial Les Rivières est épargné par la vague de fermetures de la chaîne un peu partout au pays.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Alors que Sears Canada a annoncé, jeudi, la fermeture de 59 magasins au Canada, dont 14 au Québec, l'entreprise a indiqué que le magasin situé au centre commercial Les Rivières n'était pas visé par cette vague de fermetures. Si le commerce trifluvien ne fait pas partie de la liste des grandes surfaces qui fermeront dans les prochains mois en lien avec le plan de restructuration de l'entreprise, ce n'est toutefois pas le cas du magasin de Drummondville, qui devra de son côté mettre la clé dans la porte.

Chez le groupe Cominar, propriétaire du centre commercial Les Rivières, on indique que l'annonce faite par Sears jeudi n'avait pas de quoi créer un grand effet de surprise. Cominar est d'ailleurs propriétaire de locaux commerciaux qui abritent sept magasins Sears, dont quatre ont annoncé leur fermeture, soit ceux de Hull, Saint-Georges-de-Beauce, Laval et Bathurst au Nouveau-Brunswick.

Pour Cominar, certains de ces commerces avaient déjà annoncé au propriétaire qu'ils ne comptaient pas renouveler le bail, ce qui n'est toutefois pas le cas pour le magasin de Trois-Rivières qui poursuit ses activités. 

«Pour la suite des choses, il faudra voir quel sera l'avenir pour les magasins qui sont exclus de la liste annoncée aujourd'hui. L'entreprise aura besoin de temps pour mettre en place son plan de relance qui devra aussi être accepté. Mais de notre côté, contrairement à ce qui avait été vécu lors des fermetures des magasins Target, par exemple, on a eu le temps de le voir venir et de préparer les stratégies en conséquence», indique Guy Charron, vice-président exécutif, exploitation et commerce de détail chez Cominar.

Ce dernier constate qu'il existe encore des géants dans le commerce de détail, comme Wal-Mart et La Baie par exemple, et qu'il est faux de dire que le départ de grandes chaînes laisse des locaux vacants à peu près impossibles à relouer en totalité. 

«Évidemment, ça demeure une triste nouvelle pour les employés qui perdent leur emploi, pour les fournisseurs qui pourraient perdre de l'argent. Mais le commerce de détail est en constante évolution et souvent, les fermetures comme ça ouvrent aussi la porte à d'autres opportunités», fait remarquer M. Charron.

C'est d'ailleurs la fermeture du Target, à Trois-Rivières, qui a permis de faire passer en vitesse grand V les négociations avec les géants comme H&M et Linen Chest, deux bannières qui ouvriront au cours des prochains mois à Trois-Rivières, de même que l'agrandissement et la rénovation du Sports Experts. 

«Tant qu'un bail est signé avec nos clients, on ne se questionne pas vraiment. Mais quand des changements surviennent comme ça, ça laisse de la place à un jeu de chaise musicale comme on est en train de vivre au centre Les Rivières. Du même coup, ça a permis à des bannières comme Dynamite et Laura Secord de changer de local, de se refaire une beauté. C'est un monde en changement, le commerce de détail, et le consommateur cherche constamment à être surpris. Alors ça peut aussi amener du positif, comme on le vit à Trois-Rivières en ce moment», croit M. Charron.

À Trois-Rivières, Sears avait déjà fermé son magasin Sears Décor du boulevard des Récollets en 2015.

Le plan de restructuration de Sears Canada qui sera supervisé par la cour prévoit la fermeture de 59 magasins et la suppression d'environ 2900 emplois.

Le détaillant en difficulté a l'intention de fermer 20 grands magasins, en plus de 15 magasins Sears Décor, 10 magasins de liquidation et 14 magasins d'électroménagers et de matelas.

Cette annonce est survenue après que l'entreprise eut obtenu une protection temporaire de la cour en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC).

En vertu du plan de restructuration, Sears Canada a été autorisé par la Cour supérieure de l'Ontario à obtenir un financement du débiteur-exploitant de jusqu'à 450 millions $ pour assurer le maintien de ses activités pendant la restructuration.

Le détaillant a accumulé les pertes ces dernières années et a vu son action chuter - elle a cédé plus de 80 % de sa valeur dans la dernière année - malgré ses efforts pour se réinventer.

Sears Canada, dont le siège social se trouve à Toronto, comptait 94 grands magasins, 23 magasins Sears Décor et 10 magasins de liquidation avant le dépôt de son plan de restructuration selon la LACC.

L'entreprise espère pouvoir se libérer de la protection de la cour d'ici la fin de 2017.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer