• Le Nouvelliste > 
  • Affaires 
  • > Camions-restaurants au centre Les Rivières: la pluie gâche un peu la sauce 

Camions-restaurants au centre Les Rivières: la pluie gâche un peu la sauce

Malgré un temps gris et maussade, les vrais... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Malgré un temps gris et maussade, les vrais amateurs de cuisine de rue ont pu se régaler.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Il a fait si beau, au cours des derniers jours, mais vendredi, alors que sept camions-restaurants étaient attendus dans le stationnement du centre commercial Les Rivières face au Réno-Dépôt, pour la tenue du premier festival trifluvien de restauration sur roues, Mère Nature a décidé de venir diluer la sauce.

Malgré tout, ils étaient cinq au rendez-vous et certains clients affamés n'ont pas hésité à braver le mauvais temps pour aller chercher leur menu préféré.

«J'ai pris une guédille au homard et un cône de crevettes» au camion-restaurant Bleu homard, raconte Réal Tremblay, un employé de Location d'outils Simplex, qui en a raffolé. Faute au temps exécrable, ils ne furent malheureusement pas très nombreux à se payer la traite comme lui.

«Quand il y a du soleil, les gens sont dehors, ils mangent dehors», mais avec un temps aussi maussade que celui de vendredi, même les meilleures spécialités n'ont pas l'heur d'attirer la clientèle, a constaté Isabelle Giroux du Bleu homard qui est partie de Val-David pour être du festival trifluvien de camions-restaurants.

Billie Godbout et sa mère, Josée Brouillette, dont le camion-restaurant se spécialise dans la viande de boeuf, sont venues de Drummondville pour se faire connaître des gens de la Mauricie. Mère et fille participent régulièrement à des réunions de cuisine de rue, comme celle-ci, avec leur camion Air de boeuf. C'est que les places pour faire commerce ne sont pas légion au Québec pour ce genre de restauration. «À Drummondville, avec un permis spécial de la Ville, on peut rouler sur les voies publiques et on a droit à quelques espaces restreints déterminés par la Ville», indique Mme Godbout. «Tranquillement, on fait notre chemin.»

À Trois-Rivières, les restos roulants sont interdits, sauf dans le cadre de certains événements spéciaux comme celui-ci qui a été organisé vendredi par un groupe de promoteurs associés avec Réno-Dépôt.

Le couple Anne-Marie Delorme et Pierre Laliberté oeuvre dans la restauration depuis neuf ans et dans la restauration sur roues depuis un an. Loin de se laisser décourager par le mauvais temps, leur constat est plutôt que «les gourmands viennent même quand il pleut. Ils savent qu'ils vont avoir quelque chose de spécial pour leur déplacement», plaide avec optimiste Mme Godbout. Ce quelque chose de spécial, c'est leur poutine de porc fumé avec une sauce bacon-sirop d'érable.

Ces restaurateurs roulants sont basés à Coaticook où la Municipalité a une attitude semblable à celle de Trois-Rivières face à ce genre de commerce. «C'est sûr qu'ils voient ça comme de la compétition» par rapport aux restaurants, reconnaît M. Laliberté, «mais il faut comprendre que même si l'on est mobile, on paie quand même notre part de taxes. Quand on va dans un événement, on paie toujours notre part de loyer. Ce n'est pas vraiment, quant à moi, de la concurrence déloyale. C'est plus une nouvelle manière de faire les choses», dit-il.

Et le commerce n'est pas saisonnier, dans leur cas. «Le plus gros mois de notre première année d'opérations aura été le mois de février», indique M. Laliberté puisque son camion-restaurant s'est déplacé dans plusieurs événements hivernaux festifs du Québec. Mme Delorme a eu froid, mais les clients ont adoré, se réjouit-elle.

D'autres commerces mobiles se sont greffés à ce premier festival trifluvien de la restauration roulante. C'est le cas de l'école de moto Techni-Pro d'Yves Marcouiller, un ancien policier, qui a réussi à vendre quelques cours sur place, vendredi. «Pour moi, la journée a été très bonne», dit-il.

Un des organisateurs du festival, Yves Garceau, assure que dans les circonstances météorologiques, «on est content. On a eu cinq food trucks sur le site. Ces gens savent que nous sommes tributaires de la température», fait-il valoir.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer