Les festivals veulent plus d'argent d'Ottawa

Le Regroupement des événements majeurs internationaux (RÉMI) et... (Photo Bernard Brault, Archives La Presse)

Agrandir

Le Regroupement des événements majeurs internationaux (RÉMI) et l'organisme Festivals et Événements majeurs du Canada (FAME) estiment qu'en bénéficiant d'un meilleur soutien, l'offre touristique canadienne pourrait devenir encore plus alléchante.

Photo Bernard Brault, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Alors que le tourisme mondial connaît un essor fulgurant, des festivals et des grands événements du pays unissent leurs voix pour réclamer un appui financier accru de la part du gouvernement fédéral.

Le Regroupement des événements majeurs internationaux (RÉMI) et l'organisme Festivals et Événements majeurs du Canada (FAME) estiment qu'en bénéficiant d'un meilleur soutien, l'offre touristique canadienne pourrait devenir encore plus alléchante.

En entrevue à La Presse canadienne au moment du lancement de la saison des festivals, Martin Roy qui agit à titre de président-directeur général du RÉMI et de directeur général de FAME, demande à Ottawa de pérenniser une partie des sommes accordées cette année à l'occasion du 150e anniversaire de la fédération canadienne.

Avec un montant annuel supplémentaire de 45 millions de dollars pour l'ensemble du pays, Ottawa pourrait miser sur les succès de 2017 en créant un programme dédié à la croissance du secteur événementiel, suggère M. Roy.

Actuellement au Québec, le financement des festivals et grands événements est assuré à hauteur de 4 % par le gouvernement fédéral, de 8 et 9 % par le gouvernement provincial et de 3 à 4 % par les municipalités, avance-t-il.

« Le niveau de subventions du gouvernement fédéral dans le montage financier est passé au fil des années, d'environ 12 % (en 2011) à 4 % [aujourd'hui], ce qui crée une certaine fragilité dans le secteur », mentionne M. Roy.

« On propose d'investir davantage pour attirer plus de touristes internationaux qui laissent derrière eux de l'argent considérable dans nos coffres », poursuit-il.

M. Roy rappelle qu'à l'échelle de la planète, le nombre de touristes devrait connaître une progression de 3 % par année, passant de 1 milliard cette année à 1,8 milliard en 2030. « Le Québec et le Canada doivent aller chercher leurs parts du gâteau dans cet immense marché [...] et on pense que les festivals et les événements sont des produits d'appel très forts. »

Le RÉMI et le FAME ont déjà rencontré à ce sujet la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, et la ministre canadienne du Tourisme, Bardish Chagger. M. Roy dit espérer une réponse de leur part dès le prochain budget fédéral.

Par ailleurs, M. Roy se réjouit une fois de plus de la hausse consentie par le gouvernement du Québec au Programme d'aide financière aux festivals et événements touristiques qui est passée, cette année, d'environ 15 millions à plus de 21 millions de dollars.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer