Fonds de diversification: 25 millions $ de plus pour les MRC

L'annonce de la vice-première ministre Lise Thériault a... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'annonce de la vice-première ministre Lise Thériault a été faite notamment en présence de ses collègues députés Pierre Michel Auger (Champlain), Julie Boulet (Laviolette), Pierre Giguère (Saint-Maurice) et Jean-Denis Girard (Trois-Rivières) et des maires Yves Lévesque (Trois-Rivières) et Jean-Guy Dubois (Bécancour).

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les doléances régionales concernant le Fonds de diversification économique du Centre-du-Québec et de la Mauricie ont trouvé écho auprès du gouvernement du Québec.

Quatre ans après son lancement, le Fonds subit diverses modifications qui amèneront plus d'argent dans les MRC de la région et certains assouplissements pour les secteurs de Bécancour et de Trois-Rivières.

Le Fonds de diversification économique conserve son budget initial de 200 millions de dollars. Étant donné que les 50 millions réservés aux MRC et municipalités entourant Bécancour et Trois-Rivières sont épuisés, Québec pige 25 millions de dollars dans l'enveloppe de 150 millions accordée à ces deux villes pour les redistribuer dans les MRC de Nicolet-Yamaska, de l'Érable, de Mékinac, des Chenaux, de Maskinongé et dans les villes de Shawinigan et de La Tuque. Le niveau de dévitalisation de ces secteurs a incité le gouvernement à agir ainsi.

En échange, les projets de relève entrepreneuriale ou les entreprises du secteur primaire ayant un projet de première transformation ou de production de culture en serre de produits alimentaires sont admissibles pour les territoires de Bécancour et de Trois-Rivières.

Le gouvernement consent à assouplir les mesures pour les projets d'entreprises du domaine touristique. De plus, l'aide financière accordée pour le financement d'études sera doublée, passant de 5 % de l'enveloppe globale du fonds jusqu'à 10 %.

Le gouvernement accepte de prolonger la vie de ce fonds qui devait prendre fin en mars 2018. Cinq ans sont ajoutés, si bien que le fonds sera en vigueur jusqu'en mars 2023.

«Ces leviers ont démontré de beaux résultats et les modifications vont les rendre encore plus performants. Aucun projet ne doit rester sur la table», a déclaré la vice-première ministre Lise Thériault, de passage à Trois-Rivières mercredi matin pour annoncer les changements, en invitant les gens de la région à utiliser tous les outils de développement économique.

Rappelant que la fermeture de Gentilly-2 a été un coup dur pour la région, la ministre Julie Boulet indique que la nouvelle version du Fonds de diversification économique est mieux adaptée aux besoins des secteurs de la région.

«On entendait beaucoup de commentaires depuis l'arrivée du Fonds (date butoir, critères). Lise (Thériault) a été attentive, elle a été à l'écoute de nos besoins. Tout ce qu'on a dit a été pris en considération. Changer les règles du jeu, ça semble simple. Mais au gouvernement, c'est loin d'être simple. Il faut être déterminé et Lise l'a fait. La balle est dans le camp des promoteurs», lance la ministre du Tourisme et députée de Laviolette.

Yves Lévesque ne se fait pas de souci de voir 25 millions de dollars disparaître de l'enveloppe réservée à Bécancour et Trois-Rivières.

«Le point majeur est la date butoir qui est maintenant en mars 2023. On a le temps de faire des projets, on en a 100 sur la table. C'est vrai qu'on perd 25 millions, mais le rayon d'emplois déborde de notre ville. Tant que ça reste en Mauricie, je suis content», raconte le maire de Trois-Rivières.

Son homologue de Bécancour, Jean-Guy Dubois, tient un discours assez semblable.

«Le Fonds est étiré de cinq ans et on y tenait. On sacrifie 25 millions de dollars, mais le bonheur des autres fait notre bonheur. Ça sert à des régions dévitalisées. Et on fait partie du même milieu.»

Jusqu'à maintenant, 101 millions de dollars ont été utilisés pour 331 projets, dont 130 seront annoncés prochainement. À écouter parler Robert Lalonde, préfet de la MRC de Maskinongé, celle-ci saura utiliser à bon escient la somme qui lui sera remise.

«C'était normal qu'on nous en donne encore, car on a rempli les mandats qu'on nous avait donnés. On a des projets qui sont en attente d'une aide et ce sont des projets qui vont bénéficier à toute la région. C'est une très bonne nouvelle.»

Donald Martel, député de Nicolet-Bécancour, accueille avec satisfaction les modifications apportées au programme par le gouvernement québécois.

«Ça fait longtemps que je veux que Nicolet-Yamaska ait accès à des fonds nouveaux et que l'échéancier du fonds soit reporté. Mais j'aurais aimé une plus grande part de subventions, car c'est ce qui fait que les projets démarrent», affirme M. Martel, qui se désole de l'exclusion des MRC de Drummond et d'Arthabaska des secteurs ayant droit aux 25 millions de dollars.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer