L'offre de McKesson pour Groupe Uniprix est acceptée

La deuxième tentative a été la bonne pour... (Le Soleil, Laetitia Deconinck)

Agrandir

La deuxième tentative a été la bonne pour McKesson Canada, qui, huit ans après avoir vu sa première offre être rejetée, met finalement la main sur le Groupe Uniprix.

Le Soleil, Laetitia Deconinck

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arsenault
La Presse Canadienne

La deuxième tentative a été la bonne pour McKesson Canada, qui, huit ans après avoir vu sa première offre être rejetée, met finalement la main sur le Groupe Uniprix.

Au terme d'une assemblée tenue mardi à Drummondville, les pharmaciens-actionnaires de l'entreprise québécoise ont accepté l'offre de la filiale canadienne du géant pharmaceutique californien dans une proportion de 95 pour cent.

Déjà propriétaire de 275 pharmacies Proxim au Québec, McKesson Canada - dont le siège social se trouve dans l'arrondissement montréalais de Saint-Laurent - ajoutera les 330 pharmacies des différentes enseignes d'Uniprix et exploitera le plus important réseau de pharmacies au Québec, devant Groupe Jean Coutu (TSX:PJC.A) qui exploite 382 établissements.

À la fin de 2016, McKesson (NYSE:MCK) avait élargi de façon significative son empreinte au pays en complétant l'acquisition de la chaîne de 470 pharmacies Rexall pour 2,9 milliards $.

«Ce partenariat permettra d'assurer un avenir prometteur aux pharmaciens indépendants d'Uniprix et d'offrir des soins de qualité aux patients à l'échelle du Québec», a souligné par voie de communiqué le président et chef de la direction d'Uniprix, Philippe Duval, par voie de communiqué.

Le 12 avril, au moment de l'annonce de la transaction dont le montant n'a pas été dévoilé, M. Duval avait assuré, dans un entretien avec La Presse canadienne, que l'entreprise qui a vu le jour il y a 40 ans et qui génère des ventes annuelles de 1,6 milliard $ ne se trouvait pas dans une situation financière précaire.

Celui-ci avait affirmé que certains changements réglementaires mis de l'avant par le gouvernement Couillard avaient accéléré la réflexion de l'entreprise quant à son avenir.

«McKesson Canada est très satisfaite du vote car il s'agit d'une étape importante dans nos efforts visant à mieux positionner Uniprix à long terme», a indiqué un porte-parole de l'entreprise, Darius Kuras, par courriel.

Au moment de l'annonce de l'offre d'acquisition, McKesson avait dit vouloir préserver l'indépendance de la chaîne québécoise, ajoutant qu'il n'était pas question de toucher à son siège social situé dans l'arrondissement montréalais de Saint-Léonard ou de procéder à des réductions d'effectif.

Le Bureau de la concurrence du Canada ainsi que la Cour supérieure du Québec doivent donner leur feu vert respectif à la transaction.

En mars 2009, McKesson - déjà distributeur des médicaments pour Uniprix - avait retiré son offre après que les pharmaciens indépendants de la chaîne québécoise se furent prononcés contre l'entente d'acquisition.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer