• Le Nouvelliste > 
  • Affaires 
  • > Rive sud: «Les prochains jours déterminants» pour les terres agricoles inondées 

Rive sud: «Les prochains jours déterminants» pour les terres agricoles inondées

Le producteur agricole Claude Leduc doit composer avec... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Le producteur agricole Claude Leduc doit composer avec des terres en partie inondées dans le secteur Saint-Grégoire, à Bécancour.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) «La nature, on ne peut rien contre ça. On n'est quand même pas si pire. Le moral est bon.» Voilà ce que l'agriculteur Claude Leduc, du secteur Saint-Grégoire, à Bécancour, avait à dire en montrant ses champs de maïs et de foin en partie inondés.

Le président-directeur général de la Financière agricole du... (Stéphane Lessard) - image 1.0

Agrandir

Le président-directeur général de la Financière agricole du Québec, Ernest Desrosiers, s'est déplacé en région pour constater l'ampleur des terres inondées.

Stéphane Lessard

Selon lui, la ferme familiale subissait régulièrement ce genre d'avarie il y a 40 ans. Or, la crue des eaux, édition 2017, ne semble pas décourager sa fille Noémie à prendre la relève.

«Il faut vivre avec. Ça ne donne rien de se stresser avec ça. Ça fait partie de notre métier», a confié celle qui a gradué de l'Institut de technologie agroalimentaire il y a quatre ans après avoir suivi un cours de gestion et d'exploitation d'une entreprise agricole.

Son père peut difficilement mettre un chiffre sur les pertes financières potentielles, n'ayant pas encore répertorié la totalité des productions affectées.

Or, le président-directeur général de la Financière agricole du Québec, Ernest Desrosiers, était sur les lieux pour constater l'ampleur de l'inondation à cette ferme, après une tournée à Nicolet.

«Les prochains jours vont être déterminants. Ça va dépendre de la température», a-t-il confié, faisant allusion à la période de semis. Si ailleurs, dit-il, l'eau tend à se résorber, la région est «limite en terme d'unité thermique».

S'il est trop tôt pour évaluer les dégâts, le grand patron de la Financière agricole a tenu à rappeler «au monde agricole que nos programmes existent pour ce genre de situation».




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer