Samsung présente son nouveau téléphone

Outre Bixby, le Galaxy S8 et le S8+,... (Photo Brendan McDermid, archives REUTERS)

Agrandir

Outre Bixby, le Galaxy S8 et le S8+, son grand-frère, sont équipés d'un système de reconnaissance à choix multiple.

Photo Brendan McDermid, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Thomas Urbain
Agence France-Presse
New York

Le groupe sud-coréen Samsung a dévoilé mercredi à New York le navire amiral de sa reconquête, son nouveau téléphone intelligent Galaxy S8, équipé d'un assistant virtuel, résistant à l'eau et sans bouton sur la face avant.

Le nouveau modèle était très attendu après le fiasco du Galaxy Note 7, dont la production a été arrêtée en octobre après que plusieurs appareils ont explosé ou pris feu.

Il sera disponible à partir du 21 avril, a annoncé Justin Denison, vice-président de Samsung America, lors de la présentation.

Ce modèle intègre le premier assistant virtuel de Samsung, qui va concurrencer le célèbre Siri d'Apple. Il se nomme Bixby.

Il permet au téléphone intelligent d'«anticiper vos besoins», a expliqué Sriram Thodla, directeur senior au sein de Samsung America, lors de la présentation du Galaxy S8.

Bixby utilise l'ensemble des données du téléphone intelligent, notamment la géolocalisation, ce qui lui permet, par exemple, de proposer des informations à l'usager lorsqu'il sort de chez lui.

Outre l'assistant virtuel, l'une des principales nouveautés est l'absence d'un bouton sur la face avant, au contraire des modèles précédents du Galaxy ou de l'iPhone.

À l'instar du Pixel, le téléphone intelligent lancé par Google, la face avant est désormais entièrement lisse et l'écran plus grand proportionnellement à l'appareil lui-même qu'auparavant.

Bixby intrigue

La forme arrondie des bords, la taille de l'écran, la légèreté et la finesse de l'appareil ont séduit les observateurs, qui ont plutôt bien accueilli ce nouveau téléphone intelligent.

«Je suis plus impressionné que je n'imaginais l'être», a expliqué Patrick Moorhead, analyste du cabinet Moor Insights & Strategy, après la présentation.

Pour lui, il faudra néanmoins attendre pour se faire une opinion claire de Bixby.

«J'aime ce que je vois, mais il faut que je m'en serve, que je fasse des recherches, pour voir si c'est vraiment facile», a-t-il expliqué après la présentation.

De nombreux observateurs ont relevé le prix relativement élevé du Galaxy S8 et S8+, respectivement de 1035 et 1115 $, supérieur à celui de l'iPhone 7, qui coûte autour de 899 $ et 1049 $ pour le iPhone 7 Plus.

Pour Jan Dawson, analyste en chef au sein du cabinet Jackdaw Research, c'est prendre «un grand risque».

«On dirait que Samsung se positionne par rapport à ce que va lancer Apple plus tard cette année, plutôt qu'au marché actuel», observe-t-il.

«C'est dangereux», prévient-il, «parce que lors des mois à venir, Samsung va être en concurrence avec des iPhone moins chers.»

Alors qu'elle a été responsable du ratage du Galaxy Note 7, les dirigeants présents ont peu évoqué le sujet sensible de la batterie, dont la sûreté et les capacités seront scrutées à la loupe.

Analyste de GlobalData, Avi Greengart a lui regretté que Samsung n'ait pas apporté davantage d'améliorations à son logiciel photo et vidéo.

«C'était un domaine dans lequel ils étaient en avance et où ils pourraient se retrouver à la traîne», a-t-il expliqué, évoquant la sortie du nouvel iPhone 8 dans quelques mois.

Outre Bixby, le Galaxy S8 et le S8+, son grand-frère, sont équipés d'un système de reconnaissance à choix multiple.

Il permet à l'usager de déverrouiller son téléphone par un code secret, en connectant des points sur l'écran, mais aussi par détection d'empreintes digitales, du visage ou de l'iris de l'oeil.

Samsung a également développé un adaptateur, baptisé Samsung Dex, qui permet de travailler sur son téléphone intelligent avec un clavier et un écran séparés, le téléphone servant d'unité centrale.

«Comme vous le savez, cela a été une année difficile pour Samsung», a reconnu DJ Koh, président de la division mobile de Samsung, en ouverture de la présentation.

«Pour réussir, nous devons continuer à créer des produits que vous aimez, (...) des produits en lesquels vous pouvez avoir confiance», a-t-il poursuivi.

«Je pense qu'ils ont fait tout ce qu'ils pouvaient» pour résoudre les problèmes du Galaxy Note 7, estime Patrick Moorhead, avec notamment des améliorations logicielles pour contrôler l'usage de la batterie.

Samsung doit maintenant s'appuyer sur son nouveau téléphone intelligent pour reconquérir sa place de numéro un mondial, abandonnée à Apple au quatrième trimestre 2016.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer