Services Québec se déploie à Shawinigan

Bertrand Barré... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Bertrand Barré

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le centre local d'emploi de Shawinigan devient le premier en Mauricie à se convertir à la nouvelle appellation de Services Québec, où les utilisateurs pourront avoir accès à une offre diversifiée et à un accueil plus personnalisé, selon le ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale.

De son côté, le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec demeure aux aguets pour s'assurer que cette restructuration ne provoquera pas de perte d'emplois.

La direction régionale d'Emploi Québec a émis un communiqué de presse, lundi matin, pour annoncer ce changement.

Situé dans le même immeuble abritant le palais de justice, sur la 6e Rue de la Pointe, Services Québec offrira des renseignements sur les programmes et services gouvernementaux, de l'accompagnement pour les services de solidarité sociale, de l'aide à l'emploi et aux entreprises, sur le registre foncier du Québec et sur les services d'assermentation.

Bertrand Barré, adjoint exécutif au directeur régional d'Emploi Québec, explique que cette transformation s'inscrit dans la deuxième phase d'une stratégie provinciale. À terme, tous les CLE deviendront des bureaux de Services Québec.

«Le premier qui est officiellement déployé en Mauricie, c'est celui de Shawinigan», confirme M. Barré. «Ça veut dire que nous avons une personne qui accueille les gens, qui va au-devant du client pour connaître son besoin et accélérer le processus du traitement des dossiers.»

«Nous voulons permettre aux citoyens d'avoir accès à une gamme élargie de services», ajoute M. Barré. «Il y a trois modes prestation: se présenter au bureau de Services Québec, par téléphone ou le web. Nous sommes là pour rendre les gens les plus autonomes possible dans leurs relations avec le gouvernement du Québec.»

M. Barré assure que cette transformation n'affecte pas le personnel déjà en place, outre une formation dispensée pour répondre aux nouvelles demandes et un changement de tâche. Mais aucune mise à pied, aucune abolition de poste et aucun départ par attrition n'apparaissent sur l'écran radar.

Frédérick Dagenais, président régional du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec, observera attentivement l'évolution de ce qu'il qualifie de «projet pilote» à Shawinigan. Il compte près de 1500 membres en Mauricie et pour le moment, il convient n'avoir reçu aucun écho d'un effet néfaste de cette réorganisation.

«Nous sommes en train de vérifier et d'analyser ce que ça pourrait faire comme impact», commente-t-il. «La centralisation, c'est toujours un problème pour les régions avoisinantes. On sait ce que ça fait: on garde des bureaux ouverts, mais avec seulement un téléphone. On parle de déshumanisation du service.»

Par exemple, M. Dagenais se questionne sur les conséquences pour le bureau du CLE de Grand-Mère. En fait, il veut être rassuré sur l'avenir des CLE qui gravitent autour de Trois-Rivières et Shawinigan. Dans la région, outre Grand-Mère, on en retrouve aussi à Louiseville, à Sainte-Thècle, à La Tuque et à Sainte-Geneviève-de-Batiscan.

M. Barré assure que cette réorganisation ne s'effectuera pas au détriment du Centre local d'emploi de Grand-Mère. Par contre, ce site avait déjà subi d'importants changements en novembre 2012, de sorte que depuis ce temps, les chercheurs d'emplois doivent se déplacer sur la 6e Rue de la Pointe pour rencontrer un agent. Il existe toujours une salle multiservice, mais sans accompagnement sur place. 

Par ailleurs, depuis le 5 janvier, le bureau d'Emploi-Québec de La Tuque intègre la ligne d'affaires de la Société de l'assurance automobile du Québec. Il s'agit d'une variante de l'offre de Services Québec, qui s'adapte aux réalités locales.

Le processus d'accueil dynamique n'est toutefois pas encore implanté à La Tuque, contrairement à ce qui se passe au bureau de Shawinigan depuis lundi. Autre exemple, depuis le 16 janvier, le Centre local d'emploi de Trois-Rivières abrite les services de la Régie du bâtiment du Québec. Là également, le MESS n'a pas encore apposé officiellement l'appellation de Services Québec, mais ça ne saurait tarder.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer