Municipalités efficaces: à faire rêver Bécancour

Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois.... (François Gervais)

Agrandir

Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, est revenu emballé de la Rencontre internationale des municipalités efficaces qui avait lieu plus tôt cette semaine à Montréal. Il était l'un des quelque 400 leaders du milieu municipal et de l'énergie à s'y donner rendez-vous pour accélérer la transition énergétique.

«Que Bécancour devienne le centre québécois des énergies vertes, je ne rêve pas en couleurs, mais j'aime ça rêver en noir et blanc et dire que Bécancour sera un endroit attrayant pour les entreprises de Green Tech. C'est le rêve que je caresse», a-t-il clairement laissé savoir tout en soulignant que l'événement correspondait à sa vision.

Organisé par l'Association québécoise de la maîtrise de l'énergie (AQME), le rendez-vous s'est déroulé, entre autres, sous le thème de la nouvelle économie verte en pleine ascension. Il s'inscrivait dans le cadre d'AMERICANA, le Forum sur l'environnement et Salon international des technologies environnementales.

«Oui, le Green Tech est à la mode. Mais la différence à Bécancour, c'est qu'on a un espace que d'autres n'ont pas. Autour du Parc LaPrade, il y a toute une zone de protection par rapport aux populations.

Et les grandes entreprises ont des rejets qui peuvent être très bien réutilisés et réutilisables. On pourrait très bien accommoder ces choses-là ici», a précisé le premier magistrat, qui aime bien parler des technologies vertes comme étant la 5e Révolution.

«On est vraiment rendu là. On est à passer des paroles aux actes. Mais il y a des barrières sociales, économiques et technologiques qui empêchent de faire ce virage, soit celui de passer aux nouvelles énergies», a-t-il appris lors de son passage dans la métropole.

Sa participation lui aura permis de comprendre l'importance des enjeux environnementaux liés à la protection de l'eau, la pollution de l'air et la décarbonisation. 

«Ça fait l'unanimité qu'il y a des gestes à poser. Quand on dit qu'à l'échelle mondiale, il y aura un déficit important d'eau potable en 2030, nous, on est béni, on en a beaucoup, on est peut-être la partie du monde qui est la mieux équipée en termes d'eau potable. L'eau potable va prendre une dimension supérieure au pétrole. C'est fondamental, c'est la survie de l'espèce», affirme M. Dubois.

Si l'un de ses objectifs était donc d'acquérir des connaissances, l'autre consistait à faire connaître Bécancour, un nom, dit-il, encore trop méconnu. «Je suis allé faire de la vente pendant deux jours. J'ai vendu notre futur incubateur, qu'on devrait mettre au point cette année, et notre désir d'aller vers le Green Tech», s'est-il plu à indiquer.

De plus, en compagnie du directeur général d'Innovation et Développement économique Trois-Rivières, Mario De Tilly, le maire a fait une présentation de la région auprès d'une vingtaine d'entreprises françaises. D'ailleurs, l'une d'elles, «qui fait beaucoup de recherche et développement et qui est présente dans 20 pays», pourrait bien se rendre à Bécancour pour un projet dans le domaine du traitement des matières résiduelles.

«C'est sûr que ça nous met sur la map et ça donne des contacts qui peuvent être féconds à court et moyen termes», a-t-il conclu par rapport à ce genre d'événement.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer