Caisses en milieu rural: «On subit la dévitalisation»

Le président et chef de la direction du... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, lors de sa conférence à la Chambre de commerce et d'industries de Trois-Rivières.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Lors de son passage à la Chambre de commerce et d'industries de Trois-Rivières, mercredi, le président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, n'a pu éviter une question du public sur la présence de l'institution financière en milieu rural.

«Après le dépanneur, la station-service, l'école et le bureau de poste qui ferment, il reste Desjardins. Les gens sont durs avec nous. On subit la dévitalisation, on ne la crée pas», a-t-il lancé devant un parterre de quelque 200 gens d'affaires.

Celui-ci ne cache pas que «l'évolution des points de service» constitue l'un de ses plus grands défis à la tête «d'une entreprise de personnes au service de personnes». Si la fermeture de caisses reste une décision difficile à prendre pour des administrateurs, ces derniers, dit-il, doivent composer avec le fait que «neuf personnes sur dix ne vont plus au comptoir».

«Et 30 % de nos 1100 points de service sont là où il y a moins de 2000 de population. Aucune autre institution financière ne fait ça. Je ne rougis pas de notre présence sur le territoire québécois. On ne peut demander à Desjardins de porter tout seul la vitalité économique d'une région. On tente de trouver des solutions», a-t-il rétorqué.

Dans son allocution, M. Cormier a identifié la démographie comme étant l'un des défis les plus importants que doit relever la Mauricie. «La population vieillit, les départs à la retraite se multiplient et la région a besoin d'attirer et de retenir des jeunes pour occuper les emplois disponibles, surtout dans les nouveaux secteurs d'activité économiques comme les énergies propres, que l'on parle de l'éolien ou même, à plus long terme, de l'hydrogène», croit-il.

Même dans les secteurs d'activité plus traditionnels de la région, le conférencier du jour dit constater des investissements substantiels dans la modernisation d'installations existantes ou dans la reconversion d'anciens sites industriels, «autant d'initiatives qui nous permettent d'envisager une vitalité économique durable dans la région».

«Et n'oublions pas la présence d'institutions d'enseignement supérieur, qui permet l'éclosion d'innovations scientifiques et technologiques à travers des entreprises dont le potentiel de croissance est spectaculaire, à condition d'avoir la main-d'oeuvre nécessaire pour exploiter ce potentiel. Le défi, il est là», poursuit M. Cormier.

Or, dit-il, «c'est parce que nous partageons chez Desjardins la même volonté d'améliorer la situation démographique dans les différentes régions du Québec que nous soutenons l'organisme Place aux jeunes en région, un organisme formidable qui travaille fort depuis plus de 25 ans à encourager la migration, l'établissement et le maintien des jeunes diplômés en région». 

D'ailleurs, en février dernier, il assumait la présidence d'honneur de la Semaine des régions, une initiative de Place aux jeunes. Un grand Salon de l'emploi a eu lieu au Complexe Desjardins, à Montréal. De nombreux jeunes diplômés de la métropole sont allés y rencontrer quelque 50 employeurs des différentes régions du Québec, qui avaient au total plus de 800 postes à pourvoir dans une foule de domaines.

«J'y ai vu des entreprises de la région telles que Progi de Trois-Rivières et le Groupe Rémabec de La Tuque. Grâce aux contacts qui se sont établis lors du Salon, des jeunes feront le choix d'une vie en région», affirme le grand patron de Desjardins.

Par ailleurs, il n'a pas manqué de souligner qu'à Shawinigan, le Centre d'entrepreneuriat Alphonse-Desjardins rassemble toutes les ressources et besoins nécessaires pour favoriser l'entrepreneuriat dans le Centre-de-la-Mauricie. «Il se consacre à la formation des entrepreneurs, à l'aide au démarrage des entreprises, tout en permettant la location d'espaces adaptés au démarrage des PME», s'est-il plu à énumérer.

«Pour répondre à vos besoins, les employés du Centre Desjardins Entreprises Mauricie, à Trois-Rivières, à La Tuque et à Shawinigan travaillent aussi étroitement avec leurs collègues de Capital régional et coopératif Desjardins», a-t-il renchéri.

Finalement, ce dernier a rappelé comment le Mouvement Desjardins et la Chambre de commerce avaient joué un rôle central dans la construction du pont Laviolette.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer