Le président de la FCCQ à Shawinigan

Karine Provencher, présidente du Regroupement des chambres de... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Karine Provencher, présidente du Regroupement des chambres de commerce de la Mauricie, a reçu le président de la Fédération des chambres de commerce du Québec, Stéphane Forget, jeudi à Shawinigan.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec, Stéphane Forget, s'est arrêté à Shawinigan, jeudi après-midi, dans le cadre de sa tournée provinciale.

Sur l'heure du midi, il a cassé la croûte avec des représentants du Regroupement des chambres de commerce de la Mauricie à l'Auberge Gouverneur, avant de visiter le Centre d'entrepreneuriat Alphonse-Desjardins et le DigiHub.

Ex-vice-président, stratégie et affaires économiques de la FCCQ, M. Forget est arrivé à la tête de l'organisation l'automne dernier. Il accorde beaucoup d'importance à ce contact avec les acteurs économiques de partout à travers le Québec, qui devrait se prolonger jusqu'à la fin de l'année.

«Je veux rencontrer nos membres, voir les enjeux régionaux», explique-t-il. «De plus, comme organisme qui défend le monde économique auprès des gouvernements, il n'y a rien de mieux que de formuler des recommandations avec des faits, des exemples concrets.»

Plus que jamais, M. Forget voit les chambres de commerce comme des acteurs économiques importants dans leur milieu, particulièrement à la suite du démantèlement de plusieurs structures au cours des dernières années.

«Je veux m'assurer que les chambres jouent pleinement leur rôle sur le territoire», souligne-t-il. «L'opportunité est là. Il y a eu un brassage avec l'abolition ou la transformation des centres locaux de développement, l'abolition des conférences régionales des élus.

Les chambres de commerce sont des joueurs incontournables. Elles ont un rôle à jouer dans le développement économique. Particulièrement en ce qui concerne les élus, il faut s'assurer qu'on comprenne bien l'importance et le rôle des chambres de commerce.»

M. Forget mentionne que les organisations doivent continuer à se préoccuper du volet social. Toutefois, celles qui possèdent des moyens plus limités doivent profiter de la force des regroupements régionaux.

«Le réseau est toujours important», assure-t-il. «On a beau être sur les réseaux sociaux, il n'en demeure pas moins que le contact humain demeure un élément fort. Mais il y a aussi la défense des intérêts économiques et les chambres doivent continuer de faire ça.

Il y a un intérêt à travailler de façon régionale. Qu'on prenne, à titre d'exemple, le fameux train à grande fréquence. C'est un dossier qui touche l'ensemble de la région et nous le défendons aussi auprès des instances politiques.»

En terme de membership, M. Forget estime que la participation semble assez stable à travers la province.

«L'important est de faire rayonner le fait qu'on soit un réseau», insiste-t-il. 

Au cours des prochains mois, la FCCQ continuera à marteler l'importance du renouvellement de la main-d'oeuvre et le développement des infrastructures du numérique.

«Les entreprises doivent être au rendez-vous», espère-t-il. «L'an dernier, 60 % des Québécois ont fait au moins un achat sur Internet. Or, entre 12 % et 20 % de nos entreprises offrent des transactions en ligne. C'est un défi majeur.»

Au moment où le discours protectionniste attire beaucoup d'attention, M. Forget considère que l'ouverture sur le monde demeure la seule voie envisageable. 

«Ça demande une volonté des entreprises à regarder les marchés d'exportation», termine-t-il. «Je veux en parler partout!»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer