Un 3e DG en moins d'un an au Marché public

Le nouveau directeur général du Marché public de... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le nouveau directeur général du Marché public de Shawinigan, Pidjouma Traoré, en compagnie du président du conseil d'administration, Alain Richard.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Après avoir vécu une ambitieuse transformation en 2015, le Marché public de Shawinigan souhaite maintenant trouver son capitaine pour favoriser une cohésion et des perspectives de développement. Le conseil d'administration croit avoir trouvé la perle rare avec l'embauche de Pidjouma Traoré au poste de directeur général.

Il s'agit de la troisième personne à occuper ce poste en moins d'un an. Justine Prud'homme, qui avait pris le leadership du projet de transformation du marché public en 2011, avait cédé sa place l'été dernier. Son titre de directrice générale devenait de plus en plus incompatible avec ses responsabilités à ses deux commerces, Chef Justine et Kokomi Sushi.

Elle avait été remplacée par Marie-Andrée Trudel en août, mais cinq mois plus tard, elle démissionnait à son tour, non sans avoir abattu une bonne besogne au plan administratif. Mais son combat contre la mérule pleureuse, à sa maison de Saint-Tite, lui siphonnait beaucoup d'énergie.

Retour à la case départ en début d'année avec un nouvel affichage de poste très couru. En effet, pas moins de 44 candidats se sont manifestés cette fois-ci et le conseil d'administration a finalement jeté son dévolu sur M. Traoré, un homme de 52 ans originaire de la Côte d'Ivoire, formé en agroéconomie et en administration des affaires.

Dans la région, il est connu en tant qu'ex-conseiller en développement agroalimentaire et rural du Centre local de développement de la MRC de Maskinongé. Il a également constitué la coopérative de solidarité Toastzr au DigiHub, dont l'application mobile sera lancée bientôt.

«Son leadership et le fait qu'il ait participé à la mise en place de deux coopératives dans le passé ont fait la différence», résume Alain Richard, président du conseil d'administration. «On sentait aussi que le poste de direction du marché l'emballait. Il va avoir le goût de développer.»

M. Richard ne cache pas qu'il recherchait de la stabilité pour ce poste. D'ailleurs, dans son appel de candidature, le Marché public de Shawinigan sollicitait particulièrement l'intérêt des personnes de plus de 55 ans, pour qui ce mandat pouvait constituer un beau défi de fin de vie active.

Le président mentionne que l'une des priorités consiste à envelopper les 21 marchands, un nombre qui bondit à 27 en été, de l'esprit coopératif propre à ce type d'entreprise.

«On a beau avoir la plus grosse chaîne au monde, sa force réside dans le maillon le plus faible», image M. Richard. «Nous avons de gros coopérants qui existent depuis longtemps, mais ils doivent aider les plus petits pour les renforcer afin que la coopérative perdure dans le temps. Sans ça, il n'y a pas d'avenir.»

«Le défi, c'est la mise en application des valeurs coopératives», corrobore M. Traoré. «Comme par exemple l'équité ou la participation. L'un de mes axes d'orientation stratégique est de promouvoir les valeurs coopératives. L'autre, c'est l'accompagnement.»

Avec humour, M. Traoré souligne qu'il veut apporter du «pep» au Marché public de Shawinigan: participation, équité et pérennité!

Toujours un effet

Le Marché public de Shawinigan bénéficie encore de l'effet de sa transformation puisque le public répond bien, avec environ 5000 visiteurs par semaine en moyenne. 

«Partout, on encourage de plus en plus l'achat local et les producteurs locaux», rappelle M. Richard. «Avant, au marché public, on voyait toujours les mêmes visages, des gens plus âgés. Maintenant, on voit les jeunes familles.»

Avec la fermeture du Marché Godefroy en hiver, les consommateurs de Trois-Rivières se laissent de plus en plus tenter par Shawinigan pendant la saison froide, observe le président. Le nouveau directeur général poursuivra l'ambitieuse mission de faire du marché public une destination régionale.

«Au point de vue financier, on s'équilibre graduellement», avance-t-il. «On va continuer à se développer pour nos marchands. Une coopérative, c'est avant tout dirigée pour les coopérants!»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer