Construction à Louiseville: Deshaies veut profiter de la manne Olymel

L'année 2016 au rayon des permis de construction ne passera pas à l'histoire à... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) L'année 2016 au rayon des permis de construction ne passera pas à l'histoire à Louiseville. Avec une valeur totale de 10 871 402 $, la Ville enregistre une diminution de 25,5 % par rapport à 2015. Mais Yvon Deshaies compte bien sur les investissements à venir au sein de la MRC de Maskinongé, notamment le plan d'expansion d'Olymel à Yamachiche, pour améliorer la performance au niveau de la construction résidentielle, lui qui invite personnellement de possibles futurs travailleurs de l'usine ATrahan à s'établir à Louiseville.

Autant la baisse de la valeur nette des permis que la diminution de 64,7 % du nombre de maisons unifamiliales construites sont notables dans le bilan des activités de 2016. Selon le maire Deshaies, le contexte économique a possiblement amené certaines personnes à agir avec prudence avant de se lancer dans des engagements financiers importants. Les choses pourraient toutefois changer rapidement, croit-il.

«Marquis a des plans d'agrandissement, on attend des nouvelles pour l'usine de cannabis thérapeutique et il y a Olymel et ses 350 emplois qui vont être créés (d'ici 2019). Des gens vont venir de l'extérieur et vont s'établir dans la MRC. Si on a juste le tiers, c'est 100 familles. Je me suis informé à des contacts. J'ai parlé à cinq personnes du secteur de Drummondville en les invitant à venir chez nous, des anciens travailleurs d'Olymel (l'entreprise a annoncé l'abolition de 340 postes à son usine de Saint-Hyacinthe d'ici septembre) qui sont intéressés à revenir chez Olymel. On va avoir de l'ouvrage d'ici 18 mois dans la MRC de Maskinongé, on le sait qu'on s'en vient avec une pénurie de main-d'oeuvre. Il faut se préparer d'avance.»

En 2015, Louiseville avait délivré 589 permis pour une valeur totalisant 14 592  407 $. Le nombre de permis est aussi en baisse en 2016, à 544, mais c'est surtout la valeur totale qui subit un repli important en affichant le deuxième plus faible résultat depuis les cinq dernières années.

«En 2015, on avait eu des gros projets comme l'agrandissement de l'usine Canadel et la construction du gymnase de l'école primaire. La différence est là. On pousse pour que des projets avancent, mais ça ne marche pas tout le temps. Cette année a été plus tranquille», reconnaît le maire Deshaies.

L'absence de tels projets n'est pas le seul facteur expliquant cette réduction de la valeur des permis. Les six maisons unifamiliales bâties en 2016 représentent une chute considérable si on compare le tout aux 17 maisons érigées en 2015. La valeur moyenne de chaque maison unifamiliale atteint 229 666 $ alors qu'elle était de 191 588 $ en 2015.

Le secteur de la rénovation se tire relativement bien d'affaire avec 235 permis pour une valeur de 4 391 501 $. En 2015, 264 permis ont été délivrés pour une valeur de 4 489 656 $.

La valeur des permis de construction à Louiseville au cours des cinq dernières années

2016: 10 871 402 $

2015: 14 592 407 $

2014: 17 753 562 $

2013: 12 275 659 $

2012: 7 061 080 $

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer