L'économie canadienne a créé 48 300 emplois en janvier

Le marché du travail du Canada a continué de générer des emplois en janvier,... (Archives AFP)

Agrandir

Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Ottawa

Le marché du travail du Canada a continué de générer des emplois en janvier, mais les Canadiens voient malgré tout reculer leurs augmentations de salaire et leur nombre d'heures travaillées.

Quelque 48 300 emplois ont été créés le mois dernier, essentiellement grâce aux gains dans l'emploi à temps partiel et dans le secteur privé, a précisé vendredi Statistique Canada.

Le rapport de l'agence fédérale sur la population active a fait état d'une hausse nette de 32 400 emplois à temps partiel en janvier, tandis qu'un total net de 15 800 emplois à temps plein a aussi été rapporté. Dans les deux cas, cependant, les chiffres ont été jugés trop faibles pour être statistiquement significatifs.

Le secteur privé a accueilli 32 400 nouveaux travailleurs le mois dernier, a précisé le rapport, comparativement à 7700 nouveaux employés pour le secteur public.

Ces augmentations ont permis au taux de chômage de passer de 6,9 pour cent en décembre à 6,8 pour cent en janvier.

À Trois-Rivières, le taux de chômage a subi un recul de 0,2 point de pourcentage en janvier, pour se situer à 7,1 pour cent. En Mauricie, le résultat de 6,1 pour cent témoigne d'une baisse de 0,4 point en un mois et d'une amélioration significative sur une base annuelle. En effet, le taux de chômage régional était plutôt de 10,5 pour cent en janvier 2016.

Les économistes s'attendaient à ce que le nombre d'emplois reste inchangé le mois dernier, et à ce que le taux de chômage se maintienne à 6,9 pour cent, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters. Conséquemment, certains d'entre eux ont décrit la croissance d'ensemble du marché - qui a surpassé, une fois de plus, leurs attentes - de «très impressionnante» et de «remarquablement solide».

«On dirait que nous croyons tous que cette séquence va finir par se terminer, mais elle ne fait que se poursuivre», a observé l'économiste principal du Mouvement Desjardins Jimmy Jean, soulignant que c'était le sixième mois consécutif que les données étaient supérieures aux prévisions.

Mais malgré le plus grand nombre de personnes au travail, M. Jean a noté que la composition des données sur l'emploi restait minée par certaines «faiblesses persistantes».

Il a notamment souligné la croissance décevante des salaires horaires en janvier, comparativement à l'an dernier. Ces salaires ont grimpé de moins de 1,3 pour cent, ce qui était inférieur à l'inflation.

Selon M. Jean, les salaires horaires progressaient souvent, par le passé, d'entre deux et trois pour cent, et quelques fois un peu plus.

«Alors, il y a eu une détérioration soutenue de ce côté et il semble difficile de s'écarter vraiment de cette trajectoire», a affirmé M. Jean. Celui-ci a aussi noté que le nombre d'heures travaillées n'avait progressé que de 0,2 pour cent en raison du plus grand nombre d'emplois à temps partiel.

Avec la collaboration de Marc Rochette

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer