Le programme Écodéveloppement et bioproduits voit le jour

Le coordonnateur du nouveau programme Écodéveloppement et bioproduits... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le coordonnateur du nouveau programme Écodéveloppement et bioproduits offert par le Cégep de Trois-Rivières, Jean-Patrice Lamothe, espère que cette nouvelle formation séparée en trois modules attirera une vingtaine de nouveaux étudiants.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le Cégep de Trois-Rivières proposera, dès l'automne prochain, un programme complètement revu afin de relancer le département de technologies des pâtes et papiers, qui est sans étudiant depuis le printemps 2011.

La direction de la maison d'enseignement trifluvienne espère d'ailleurs que cette nouvelle formation mieux adaptée à l'industrie d'aujourd'hui permettra d'attirer une vingtaine de nouveaux apprentis techniciens.

Portant le nom Écodéveloppement et bioproduits, ce nouveau programme sera donné en majeure partie dans l'usine pilote d'Innofibre, située dans le Centre intégré en pâtes et papiers (CIPP) de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR).

Les responsables du Cégep avaient lancé, mardi après-midi, une invitation aux conseillers d'orientation oeuvrant dans les écoles secondaires de la région afin de leur présenter le programme. Seulement deux conseillers en orientation, qui travaillent d'ailleurs au Cégep, étaient cependant présents pour la présentation, qui incluait une visite de l'usine pilote. Une séance d'information ouverte au public était également prévue en début de soirée.

Mise sur pied par Jean-Patrice Lamothe, coordonnateur du programme, cette nouvelle formation aura comme objectif de préparer les futurs diplômés à intervenir dans les différentes étapes de la transformation de la biomasse cellulosique.

Elle sera séparée en trois modules qui prépareront les étudiants à l'opération des procédés (module 1), au contrôle de gestion de la qualité (module 2) et au soutien technique au développement d'écoproduits (module 3).

Les modules seront d'une durée d'un an chacun et pourront être suivis indépendamment. Les étudiants qui les compléteront tous les trois obtiendront un Diplôme d'études collégiales. Il s'agit seulement du troisième programme séparé de cette façon qui est offert dans les collèges du Québec.

«L'évolution a été très facile à faire. Nous avons gardé notre champ d'expertise, la transformation de la biomasse, et avons ajouté les nouvelles technologies», explique le coordonnateur.

L'autorisation donnée par le ministère pour pouvoir séparer le programme en modules devrait donner un coup de main pour attirer des étudiants. C'est du moins le souhait de la direction du collège trifluvien.

«Ça permettra à des personnes qui ont perdu leur emploi de revenir seulement un an à l'école pour ensuite travailler dans des usines. Pour des personnes en réorientation de carrière qui ont un bon bagage en sciences et qui ne veulent pas faire trois ou quatre ans d'université, ils viennent faire le module 3 en un an et pourront travailler [par la suite] dans des industries qui existent et qui appliquent des nouvelles technologies. Là on est vendeur», lance M. Jean-Patrice Lamothe.

Même si la date limite pour faire une demande d'admission dans un des cégeps du Québec pour la session d'automne 2017 est le 1er mars, le processus de recrutement pour ce nouveau programme se poursuivra tout au long du printemps et de l'été. Les étudiants qui s'inscriront pourront également avoir accès à des bourses.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer