«Ça ressemble plus à du pillage régional»

Jean-Guy Dubois... (Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Jean-Guy Dubois

Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Bécancour) «Quand on me parle d'esprit régional, si c'est de cette façon, je me retire. Ça ressemble plus à du pillage régional.»

Jean-Guy Dubois ne mâche pas ses mots lorsqu'il est appelé à commenter la demande des intervenants économiques de Drummondville et de Victoriaville. Ceux-ci veulent que Québec leur réattribue une partie des sommes non utilisées du Fonds de diversification économique. Près de quatre ans suivant la création de ce fonds réservé sur cinq ans, plus de 100 millions de dollars mis de côté pour la MRC de Bécancour et de Trois-Rivières sont inutilisés. 

Avant de parler de réattribution, les organismes auraient dû agir avec plus de courtoisie et en parler directement au maire de Bécancour, croit ce dernier.

«Je suis ouvert à en discuter. Mais je déplore de l'apprendre par la presse. Personne ne m'a appelé! La communication n'existe pas dans ce cas. C'est au plus fort, la poche.»

M. Dubois rappelle que le gouvernement est en train de réviser les critères d'admissibilité de ce fonds afin qu'ils collent davantage à la réalité des petites entreprises de Bécancour. Et il se souvient que le fonds de diversification a été mis sur pied pour aider un secteur à se remettre de la fermeture d'une centrale nucléaire et de la perte de 850 emplois.

«Je ne veux pas nuire à mes voisins, mais je demande aux voisins de ne pas me nuire», déclare M. Dubois, qui voit en ce dossier une autre preuve que Bécancour ne profite pas d'une localisation régionale idéale entre son appartenance au Centre-du-Québec et sa proximité avec la Mauricie.

«D'un côté comme de l'autre, on est toujours sur le bout de la planche», image le maire Dubois.

Laurent Lessard précise que la ministre Lise Thériault évalue la performance du fonds. Il est bien conscient que Bécancour ne veut pas laisser partir tous les fonds et a peut-être besoin de plus de temps, alors que les choses commencent à se replacer au niveau de l'économie.

«Il y aura un équilibrage à faire. La ministre va prendre en considération les demandes et devra faire un arbitrage.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer