• Le Nouvelliste > 
  • Affaires 
  • > Un hoquet en clôture d'une année solide pour les marchés nord-américains 

Un hoquet en clôture d'une année solide pour les marchés nord-américains

Les grands marchés boursiers nord-américains ont conclu une... (archives 123RF)

Agrandir

Les grands marchés boursiers nord-américains ont conclu une année solide.

archives 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Les grands marchés boursiers nord-américains ont conclu une année solide, vendredi, avec un certain gémissement, à l'image des problèmes vécus au début de 2016, alors que la plupart des secteurs des matières premières ont connu un ralentissement.

À Toronto, l'indice composé S&P/TSX, qui avait commencé la journée sans grand mouvement, a cédé 134,53 points, pour clôturer à 15 287,59 points. L'indice a été plombé par un large déclin dans presque tous les secteurs, les plus importants reculs ayant été enregistrés sur le plan des titres de l'or, des matériaux et des métaux.

Mais bien que l'indice reposant largement sur les matières premières ait vécu une ultime séance en 2016 en territoire négatif, son parcours cette année s'est apparenté à une ascension solide en territoire positif.

Le S&P/TSX a été l'un des marchés boursiers les plus performants dans les pays développés, gagnant 17,5 pour cent cette année, alors que le niveau de clôture il y a un an avait été de 13 009,95 points.

Il s'agit d'un dénouement que peu de gens auraient pu prédire.

«Les marchés semblent traverser (toutes les épreuves). Il est plutôt surprenant de voir à quel point les marchés semblent simplement poursuivre leur progression», a dit Allan Small, conseiller chez HollisWealth.

À la même période l'année dernière, l'espoir était mince pour les titres de l'énergie, de l'or et des services bancaires - trois secteurs qui composent 75 pour cent du S&P/TSX.

Mais à un certain moment en février, ces secteurs ont repris des couleurs alors que les investisseurs ont commencé à se faire à l'idée d'une éventuelle hausse des taux d'intérêt par la Réserve fédérale américaine. La banque centrale américaine n'a finalement pas relevé les taux avant décembre.

L'environnement persistant de faibles taux d'intérêt a contribué à l'essor des marchés boursiers de Toronto et des États-Unis, alors que les investisseurs se sont tournés en nombre imposant vers des valeurs mobilières pour la croissance avec peu de solutions de rechange en vue.

Wall Street affichait aussi un profil bas, vendredi, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles continuant de perdre du terrain sous les 20 000 points, cédant 57,18 points, à 19 762,60. L'indice élargi S&P 500 était en recul de 10,43 points, à 2238,83 points, tandis que l'indice composé Nasdaq déclinait de 48,97 points, à 5383,12.

Le Standard & Poor's 500, la mesure la plus vaste du parquet boursier, a terminé l'année avec un gain de 9,5 pour cent, après une conclusion sans grand mouvement en 2015.

M. Small a souligné que les marchés nord-américains avaient démontré une résilience surprenante à l'égard d'événements économiques mondiaux inattendus, tels que le vote du Brexit au Royaume-Uni, l'élection de Donald Trump à la présidence américaine et les réductions de la production de pétrole récemment convenues par des membres et non membres de l'OPEP.

L'élan pourrait se poursuivre au début de la nouvelle année, alors que les investisseurs demeurent optimistes concernant les millions de dollars promis par Donald Trump dans les infrastructures aux États-Unis et l'assouplissement de réglementations dans les secteurs bancaire et pharmaceutique.

Le dollar canadien a offert une rare note positive en cette dernière journée en bourse de l'année, prenant 0,45 cent US, pour se transiger à 74,48 cents US. Le huard a regagné 2,23 cents US cette année. Du côté des matières premières, le pétrole brut pour livraison en février sur le Nymex a perdu cinq cents, à 53,72 $ US le baril, mais demeure tout de même en hausse de 45 pour cent par rapport au niveau de 37,04 $ US le baril à la fin de 2015.

L'or pour livraison en février a glissé de 6,40 $ US, à 1151,70 $ US l'once. Le gaz naturel a cédé huit cents, à 3,72 $ US le million de BTU (British Thermal Unit), tandis que le cuivre pour livraison en mars a gagné deux cents, à 2,51 $ US la livre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer