Bonheur carnavalesque!

L'arrivée de l'hiver fait le bonheur des commerçants... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'arrivée de l'hiver fait le bonheur des commerçants et des festivaliers.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Alors qu'à pareille période l'an dernier, l'allure estivale du mois de décembre était venue bouleverser les habitudes des consommateurs, voilà que l'installation de l'hiver, avec sa neige et son froid, fait sourire les commerçants tout en gonflant d'optimisme les organisateurs du Carnaval de Gentilly.

Du côté de la vente de souffleuses à neige, «ça bouge plus que l'an passé», avoue le copropriétaire de Baron et Tousignant à Trois-Rivières, Étienne Moreau. 

«L'an passé, le 25 décembre, on nettoyait les chars quasiment en t-shirt. L'hiver, c'est notre gagne-pain. Côté business, c'est mieux. Ça a commencé plus de bonne heure», a-t-il raconté au Nouvelliste.

Avec le phénomène des entreprises de déneigement «pour faire l'entrée», il avoue que les gens achètent davantage des plus petits modèles de souffleuses à neige «pour faire le contour ou aller au garage».

Chez Clément Motos, à Louiseville, «c'est sûr que la neige apporte plus de va-et-vient dans le commerce», dira son propriétaire, Clément Pratte.

«C'est de même à toutes les années, quand il y a de la neige et quand il n'y en a pas. Nos clients se fient beaucoup à l'hiver d'avant. Quand il y a eu un bon hiver, l'automne suivant, normalement les ventes sont bonnes. Quand il n'y a pas beaucoup de neige dans un hiver, l'automne est plus tranquille. Là au moins, la neige arrive plus de bonne heure avant les Fêtes, c'est sûr que ça active les ventes», confie celui qui, après 30 ans, n'est plus surpris par les aléas de la température. 

Dans les nombreuses boutiques du Groupe Brunelle en région, l'arrivée de l'hiver «a un effet sur ma business», avoue son directeur des opérations, George Brunelle.

«En plus, il commence à faire froid. Oui, le monde achète plus de bottes d'hiver, de sous-vêtements, d'accessoires et de manteaux d'hiver. On est vraiment dans la deuxième vague après le Black Friday qui fut excellent cette année. Avec la neige, on tombe dans le beat de Noël et de l'hiver. On est vraiment dedans. Ça a commencé la semaine passée à être meilleur, et de jour en jour, c'est de meilleur en meilleur», fait-il savoir avec enthousiasme.

«Il fait froid, il y a de la neige, les centres de ski sont ouverts, dans tous nos magasins en général, on vend des skis, des patins, des manteaux d'hiver, des tuques, des mitaines, des raquettes à neige, des skis de fond. Ce sont tous des sports que, quand il n'y a pas de neige, les gens à Noël vont peut-être décider d'acheter un autre cadeau», renchérit-il.

Évidemment, du côté des organisateurs du Carnaval de Gentilly, dont la portion automnale de la programmation vient d'être complétée, on ne peut souhaiter mieux comme conditions climatiques.

«On a eu plus de participation que l'an passé pour La nuit de Noël, qui avait lieu le 10 décembre. C'est sûr que le message passe mieux avec de la neige. J'avais peur un peu parce qu'on annonçait pratiquement un automne estival. Ça annonce surtout très bien pour la programmation hivernale», a admis le publiciste, Claude Carignan.

L'an dernier, l'organisation avait même été contrainte d'annuler deux événements, soit la pêche sur la glace et la course de Derby. «L'an passé, c'était tellement difficile. C'est sûr qu'en janvier, il y a toujours un redoux. Pour l'hiver, on a beaucoup d'activités extérieures», rappelle-t-il. Rappelons que la 48e édition du Carnaval de Gentilly battra de nouveau son plein à partir du 14 janvier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer