Moovjee devient Jeunes Shawinigan

Une quatrième cohorte a été présentée mercredi matin... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Une quatrième cohorte a été présentée mercredi matin par Jeunes Shawinigan. En compagnie du maire et porte-parole de la communauté entrepreneuriale, Michel Angers, on reconnaît Élisanne Landry, Nicholas Lalonde, Violaine Héon, Rachel Frigon et Pierre-Yves Rousselle.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Incapable de laisser tomber le concept derrière Moovjee, la Communauté entrepreneuriale de Shawinigan continuera à valoriser l'entrepreneuriat chez les 18 à 35 ans, sous la nouvelle appellation de Jeunes Shawinigan toutefois.

Mercredi matin, les cinq entrepreneurs de la cohorte 2016 ont été présentés, entre les murs de l'ancienne Wabasso.

Moovjee Shawinigan avait été lancé au printemps 2013, inspiré d'une initiative semblable en France qui vise à réseauter et mentorer des jeunes qui veulent se lancer en affaires. La cellule locale avait été créée à la suggestion de la Fondation de l'entrepreneurship, qui vient de se retirer de ce partenariat international.

«Ça devenait assez difficile, pour Shawinigan, de maintenir des liens assidus avec la France», commente Denis Morin, coordonnateur de la Communauté entrepreneuriale de Shawinigan. «Nous avons donc décidé que Moovjee Shawinigan deviendrait Jeunes Shawinigan, mais avec toujours les mêmes objectifs.»

Ainsi, pendant cinq ans, les membres de la cohorte doivent combattre leur isolement par le réseautage. Ils sont accompagnés avec des services et dans diverses activités où ils sont intégrés à la communauté d'affaires. Enfin, ils doivent transmettre leur fougue et leur passion de l'entrepreneuriat à la génération qui suit.

Les partenaires associés à la Communauté entrepreneuriale de Shawinigan investissent ensemble près de 40 000 $ en services pour cette quatrième cohorte, qui porte à 27 le nombre de participants depuis 2013. 

«Ça permet à ces jeunes entrepreneurs de ne pas faire la démarche seuls pour aller à un événement, d'avoir du coaching personnalisé selon les besoins et du mentorat d'affaires, de participer à des rencontres pour partager les difficultés qu'ils rencontrent et les solutions apportées», énumère M. Morin. «C'est une communauté d'apprentissage qui se réunit régulièrement.»

La cohorte de 2016 est formée d'Élisanne Landry (Les Escargots champêtres), qui ouvrira bientôt la première escargotière au Québec; Nicholas Lalonde (Lalonde horloger créatif), réparateur d'horloges mécaniques et autres objets de précision; Violaine Héon (VIO&CO), spécialisée dans la fabrication de tipis pour enfants et finalement, le couple formé de Rachel Frigon et Pierre-Yves Rousselle (Attractif), qui oeuvre dans l'affichage interactif.

Pour être sélectionnés au sein de Jeunes Shawinigan, ces entrepreneurs doivent d'abord participer à la formation Lancement d'une entreprise du Carrefour formation Mauricie et démarrer un projet. Il faut évidemment démontrer de l'intérêt pour le programme et avoir une personnalité d'ambassadeur.

Le maire et porte-parole de la communauté entrepreneuriale, Michel Angers, connaît personnellement plusieurs membres de la cuvée 2016 et il semble épaté par «ce grand saut sans filet».

«À Shawinigan, on est en train de gagner notre pari», se réjouit-il.

M. Morin voit un lien entre ce genre d'initiative et le taux d'intention d'entreprendre chez les jeunes à Shawinigan, plus élevé que la moyenne provinciale. «C'est une addition de moyens qui permettent ces avancées», résume-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer