Série de fraudes chez Desjardins

Desjardins... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Desjardins

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une série de fraudes ciblant particulièrement les jeunes a poussé le Mouvement Desjardins à lancer un avertissement à tous ceux et celles qui auraient récemment reçu des courriels ou des textos faussement signés par l'institution financière.

Sans tambour ni trompette, Desjardins a diffusé un avertissement sur ses plateformes numériques, le 16 novembre. 

«Il y a actuellement une vague de fraudes qui cible les jeunes. Voici comment vous protéger», était-il seulement écrit, sans plus de détails sur le type de stratagème utilisé par les fraudeurs. L'avertissement n'a pas fait l'objet d'un communiqué de presse.  

C'est finalement sur la page Facebook de la Caisse Desjardins de Wendake que Le Soleil a trouvé quelques informations. 

La direction y a publié un exemple de message texte reçu récemment par un jeune sur son téléphone intelligent.  

«Votre compte Desjardins est suspendu par mesure de sécurité. Pour y remédier, veuillez cliquer sur ce lien», indiquait la missive frauduleuse à laquelle était greffé un hyperlien vers un site Web qui a toutes les apparences de celui du service AccèsD du Mouvement Desjardins. Or il mène plutôt vers un autre serveur et pourrait mettre en péril les informations bancaires des clients.  

Selon les renseignements partagés par certains internautes à la Caisse Desjardins de Wendake, la série de fraudes a débuté il y a plus de deux semaines. 

À un client qui aurait aimé être mis au courant plus tôt, la direction a répondu que de nombreuses personnes avaient joint l'institution à ce sujet au cours de la dernière semaine. 

Sans lui répondre de manière précise sur la présente vague de fraudes, Desjardins dirige sa clientèle vers la section Sécurité de son site Web pour l'aider à se prémunir contre ces crimes. Il y est conseillé de «se méfier des courriels, des messages textes ou des messages non sollicités reçus par les réseaux sociaux». 

L'institution recommande aux victimes dont la vigilance aurait été trompée de le signaler sans tarder à leur caisse et de communiquer avec la police.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer