Internet haute vitesse sur la glace dans Maskinongé

Faute de partenaire, la MRC de Maskinongé met sur la glace son projet... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) Faute de partenaire, la MRC de Maskinongé met sur la glace son projet d'instaurer un service Internet haute vitesse à la grandeur du territoire.

Il y a à peine un an, la MRC de Maskinongé annonçait la naissance de Maskicom, un organisme ayant le mandat de développer et de maintenir un réseau Internet de très haute performance. 

La MRC de Maskinongé avait consacré près de 600 000 $ à cet organisme pour réaliser le projet le plus rapidement possible avec la technologie de transmission par micro-ondes. 

Un budget d'environ trois millions de dollars avait été fixé pour ce projet incluant l'installation d'une trentaine de tours. Durant les discussions avec les entreprises visées, Robert Lalonde a bien vu leur manque d'intérêt pour le micro-ondes, préférant la fibre optique. Mais cette option coûterait entre 15 et 18 millions de dollars.

«Je n'ai pas les moyens de payer ça. L'idée était de réaliser ce projet en partenariat public-privé. On a négocié avec trois ou quatre compagnies. Tout le monde est bien content en voyant le dossier, mais personne ne vient: les entreprises préfèrent la fibre optique, car elles peuvent offrir un forfait de services plus complet aux clients qu'avec le micro-ondes, qui offre Internet et la téléphonie», mentionne M. Lalonde, bien déçu par la tournure des événements.

Robert Lalonde a discuté avec le ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation dans le but d'obtenir une contribution cadrant avec la volonté du gouvernement d'investir prochainement dans le soutien au déploiement de la fibre optique. 

Bien conscient que la MRC ne pourrait bénéficier de subventions couvrant la totalité des coûts d'un réseau utilisant uniquement la fibre optique, Robert Lalonde veut savoir si le gouvernement peut appuyer un projet combinant les deux technologies. Les sommes réservées par la MRC pourraient alors être appliquées.

«Le programme du gouvernement provincial devrait sortir en novembre. Probablement que les gens du milieu de la fibre optique attendent ça aussi. Les sociétés voient l'avenir dans la fibre optique, surtout avec la capacité de bande passante que ça offre. Mais dans le milieu rural, avec des voisins distancés par un kilomètre, ce n'est pas rentable en raison des coûts.»

M. Lalonde précise que les discussions avec le gouvernement sur ce projet ont à peine débuté. Il espère que les démarches donneront un résultat positif afin de ne pas faire des résidents des secteurs ruraux de la MRC de Maskinongé «des citoyens de deuxième zone».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer