Vers un «léger surplus» à Saint-Boniface

Le maire de Saint-Boniface, Claude Caron.... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Saint-Boniface, Claude Caron.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Saint-Boniface) Même si le maire n'en a pas glissé un mot lors de son discours sur la situation financière lors de l'assemblée publique du 7 novembre, la Municipalité de Saint-Boniface devrait dégager un «léger surplus» au terme de l'exercice financier 2016.

Habituellement, cet exercice permet de faire le point sur les dépenses de l'année en cours par rapport au budget adopté et d'avancer une prévision sur le résultat. Or, le maire Claude Caron a omis cette information dans le dernier rapport.

Questionné sur cet élément après l'assemblée, il a réalisé son oubli, mais ne pouvait s'avancer sur la tendance de l'année qui s'achève. Maryse Grenier, secrétaire-trésorière, confie qu'elle s'attend à un «léger surplus, semblable à ceux enregistrés au cours des dernières années».

En 2015, la Municipalité avait dégagé un excédent de fonctionnement de 36 020 $ sur un budget de 5,4 millions $.

Parmi les faits saillants de l'année qui s'achève, M. Caron relève notamment l'entente avec la Commission scolaire de l'Énergie pour la location de cinq classes dans l'édifice municipal pour accommoder l'école Sainte-Marie, l'approbation d'un plan d'intervention sur les infrastructures municipales et la priorité accordée à l'amélioration du système d'approvisionnement et de traitement de l'eau potable, l'aménagement d'un parc au chemin de la Baie, l'élaboration d'un plan d'intervention sur les mesures d'urgence et la conception d'un anneau de glace.

M. Caron a également présenté les orientations préliminaires du prochain programme triennal d'immobilisations, qui sera présenté le mois prochain.

Ainsi, il prévoit finalement le choix du type de traitement et l'octroi du mandat pour la réalisation des plans et devis pour le projet d'assainissement des eaux usées, ainsi que le début des travaux. L'asphaltage de plusieurs rues se retrouve toujours à l'ordre du jour, de même que des travaux d'amélioration de l'usine de traitement de l'eau potable et du système d'approvisionnement.

Le rapport sur la situation financière permet également aux citoyens de prendre connaissance du traitement de leurs élus. En 2016, le maire touche une rémunération de 13 466,66 $ et une allocation de 6733,33 $, pour un total de 20 199 99 $. Du côté des conseillers, le salaire de base est établi à 4488,88 $, en plus d'une allocation de 2244,84 $ pour un total de 6733,32 $.

Par ailleurs, M. Caron confirme qu'il ne devrait pas se présenter à nouveau à l'élection du 5 novembre 2017. Il suit ainsi la ligne de pensée exprimée à l'automne 2012, quand il avait avancé que s'il était élu pour un deuxième mandat, il s'agirait de son dernier.

«Personnellement, je pense que tous les maires devraient laisser leur place à du sang nouveau après deux mandats», avait-il déclaré.

Rappelons qu'en 2013, M. Caron et tous les conseillers avaient été élus sans la moindre opposition.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer