Nouveaux associés de taille chez Epsilia

De gauche à droite: le maire de Trois-Rivières,... (François Gervais)

Agrandir

De gauche à droite: le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, l'actionnaire principal d'Epsilia, Alain Lemieux et ses nouveaux partenaires, Henri-Paul Rousseau et Bernard Dorval.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'entreprise trifluvienne Epsilia, spécialiste en solutions de traçabilité pour les entreprises, peut rêver plus que jamais d'accélérer le développement de ses marchés. Henri-Paul Rousseau, vice-président du conseil de Power Corporation et de la Financière Power et ancien chef de la direction de la Caisse de dépôt et de placement, de même que Bernard Dorval, le président retraité de la division du Québec de TD Canada Trust, deviennent en effet actionnaires de l'entreprise.

Epsilia demeure cependant sous le contrôle des propriétaires actuels, tient à préciser son actionnaire principal, Alain Lemieux.

Pour réussir en affaires, «il faut être entouré de talents», a fait valoir M. Lemieux, vendredi, lors de cette annonce, en présence de clients et de partenaires.

L'entreprise vise un volume d'affaires de 30 millions $ au cours des prochaines années et entend pénétrer les marchés américains et internationaux. «On risque même d'aller vers des acquisitions. On va investir 1 million $ sur la technologie pour les deux prochaines années», dit-il, tandis qu'une dizaine de nouveaux emplois seront créés dans les prochains mois chez Epsilia.

Henri-Paul Rousseau, qui possède une entreprise acéricole à Dunham, a déjà travaillé en collaboration avec Epsilia afin de lancer, en novembre dernier, à Québec, un nouveau concept appelé Tracéricole qu'ils tenteront d'étendre au milieu acéricole afin d'assurer la traçabilité des produits de l'érable. «On va se permettre de porter ce projet dans d'autres secteurs», précise M. Lemieux.

Les deux hommes ont alors décidé d'approfondir leur relation d'affaires.

Par la suite, M. Rousseau lui a présenté Bernard Dorval, un homme qui l'a profondément impressionné. 

«On va unifier nos compétences; on va partager nos expériences; on va miser sur le dépassement de soi; on va être très créatif», promet Alain Lemieux qui ne cache pas qu'il est heureux de pouvoir bénéficier des vastes réseaux de contacts de ses deux nouveaux partenaires.

M. Lemieux indique que cela lui permettra d'avoir les moyens de ses ambitions puisque ces associations lui donneront aussi accès à plus de capitaux.

«Je suis très fier de l'étape qu'on franchit aujourd'hui», dit-il.

Henri-Paul Rousseau a été convaincu de l'importance de la traçabilité en mangeant un homard qui portait une étiquette à la pince.

Grâce à cette étiquette, il était possible de savoir où le crustacé avait été pêché et par quel bateau. M. Rousseau a tout de suite pensé au sirop d'érable.

«La traçabilité, c'est l'envers de la médaille de la sécurité alimentaire», estime-t-il. Elle permet de savoir par où est passé le produit de sa production jusqu'au consommateur.

«Vous vous rappelez de la crise du fromage? Si l'on avait eu la traçabilité, on n'aurait pas eu cette catastrophe» qui a causé la perte de plusieurs entreprises, dit-il.

Bernard Dorval raconte avoir eu la chance de réaliser ses rêves. Il estime que sa nouvelle carrière devrait consister «à aider les gens et les entreprises, peut-être, à atteindre leurs rêves aussi.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer