La SDC innove pour développer le centre-ville

La SDC centre-ville se dote de nouveaux indicateurs... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

La SDC centre-ville se dote de nouveaux indicateurs de développement et lancera bientôt un programme incitatif de location pour les places d'affaires au centre-ville de Trois-Rivières.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La Société de développement commercial (SDC) du centre-ville de Trois-Rivières innove et se dote de nouveaux indicateurs de développement, afin de permettre à ses membres et à la population d'avoir un portrait plus réel du développement des affaires au centre-ville trifluvien.

Du même coup, la SDC espère défaire certains mythes trop souvent véhiculés voulant que le centre-ville soit en déclin.

«C'est plutôt l'inverse. Ça bouge énormément et les chiffres le prouvent. Mais encore faut-il que l'on comptabilise davantage de données que simplement le taux d'occupation. Ça nous a demandé un certain travail, mais nous sommes bien fiers de ce qui a été mis en place», explique Mathieu Lahaye, directeur général de la SDC.

Ainsi, à chaque trimestre, les données concernant les ouvertures, fermetures et relocalisations seront rendues publiques, de même que la création de nouveaux emplois, les investissements réalisés par les membres, le taux de vacance des commerces ainsi que celui des bureaux.

Ainsi, de juillet à septembre 2016, on constate que huit places d'affaires ont ouvert leurs portes au centre-ville, alors que six ont fermé et que deux se sont relocalisées. Au final, 48 nouveaux emplois ont été créés au centre-ville, et pas moins de 640 000 $ ont été investis par les commerçants, principalement en améliorations locatives.

Au 30 septembre 2016, le taux de vacance des locaux commerciaux se situait à 5,7 %, soit 46 locaux vacants pour une superficie de 92 933 pieds carrés. Au niveau des bureaux et espaces professionnels, on comptait plutôt 13,6 % de taux de vacance, avec 77 locaux disponibles et 221 919 pieds carrés.

C'est d'ailleurs vers cette clientèle que la SDC entend concentrer ses efforts et ses énergies dans les prochains mois, afin d'attirer de plus en plus de professionnels dans les locaux qui demeurent encore disponibles.

Dès décembre, en collaboration avec la Ville de Trois-Rivières et Innovation et développement économique (IDÉ) Trois-Rivières, la SDC lancera sa toute première «trousse de bienvenue», à l'intérieur de laquelle les gens d'affaires intéressés à venir s'installer au centre-ville trouveront plusieurs avantages. 

Déjà, la Ville avait annoncé en juin dernier dégager un budget de plus de 200 000 $ afin d'offrir un incitatif financier aux entreprises désireuses de s'implanter dans des bureaux au centre-ville. À cela s'ajoutera un programme de subvention à la création d'emplois d'IDÉ Trois-Rivières.

La SDC, grâce à la participation de plusieurs de ses membres, pourra du même coup offrir plusieurs gratuités aux gens d'affaires qui viendront s'établir.

On peut penser à des billets de spectacles, à des certificats cadeaux dans des restaurants, à certains produits gratuits et même à quelques adhésions gratuites à la Chambre de commerce et d'industries de Trois-Rivières. 

«Présentement, le nerf de la guerre, il est là. Il faut travailler à ramener des bureaux de professionnels au centre-ville. Plus il y aura de gens qui vont travailler au centre-ville, mieux se portera le commerce de détail et la restauration», martèle Mathieu Lahaye, qui ajoute que des campagnes seront également menées en lien avec le stationnement au centre-ville.

Par ailleurs, grâce à ses nouveaux indicateurs, la SDC souhaite aussi pouvoir dresser un portrait complet des différences qui se vivent chez les commerçants selon la période de l'année. «On sait déjà qu'il y a des fluctuations entre l'été et l'hiver au centre-ville et ce qu'on veut valider, c'est la marge de différence et l'impact sur l'emploi et l'investissement», précise M. Lahaye. 

Car si l'achalandage est moins important l'hiver, il ne faut pas forcément en conclure qu'il s'agit d'une mauvaise nouvelle pour tous les commerçants, croit Mathieu Lahaye. 

«Il y a certains commerçants qui profitent de la période hivernale et de la baisse d'achalandage pour réaliser plus d'investissements sur leur commerce, pour améliorer les locaux et ainsi améliorer leurs services pour le retour de l'achalandage quelques semaines plus tard. Du même coup, ça génère des retombées économiques dans la région et ça c'est très positif», indique Mathieu Lahaye, dépeignant selon lui l'importance de mesurer tous les indicateurs de développement du centre-ville, et non seulement le taux d'occupation des locaux.

En plus des publications trimestrielles de la SDC, l'organisme entend publier un rapport annuel qui compilera toutes les données et qui, à la longue, permettra davantage d'évaluer les améliorations, ou encore les régressions, d'un trimestre à l'autre.

«D'ici quelque temps, ce sera un outil essentiel pour nous, qui nous permettra d'avoir un portrait vraiment réaliste de la situation au centre-ville et de pouvoir travailler sur les véritables enjeux», espère Mathieu Lahaye.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer