Vente des terrains de l'Alcan: entre tristesse et espoir

Rio Tinto cède les terrains de l'ancienne usine... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Rio Tinto cède les terrains de l'ancienne usine Alcan à Shawinigan pour 1 $.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) «Je suis partagé entre des sentiments de tristesse, de satisfaction, d'espoir. C'est quand même une belle journée.»

L'ancien directeur d'usine, Pierre Achim, le directeur ingénierie... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

L'ancien directeur d'usine, Pierre Achim, le directeur ingénierie Rio Tinto Aluminium Atlantique, Régis Tremblay, le maire de Shawinigan, Michel Angers, la ministre Julie Boulet et le député Pierre Giguère.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Voilà comment se sentait, lundi, le maire de Shawinigan, Michel Angers, alors que Rio Tinto officialisait le transfert des titres de propriété des terrains de l'entreprise à la Ville pour la somme symbolique d'un dollar.

À la vue de ces espaces laissés vacants, ses souvenirs d'ancien travailleur sont vite remontés à la surface. «J'y ai gagné ma vie et cela a fait travailler plusieurs personnes. On aurait aimé que les gros investissements se fassent au site de Shawinigan», a-t-il regretté. Ce qui ne l'a pas empêché d'apprécier la collaboration de l'entreprise «dès les premiers moments».

«Depuis 2013, nous avons tout mis en oeuvre pour minimiser les impacts sociaux et environnementaux de l'arrêt de nos activités à Shawinigan. La planification de la fermeture dans ses moindres détails nous permet aujourd'hui de laisser un site industriel qui répond à toutes les exigences du ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques», a d'ailleurs commenté le directeur ingénierie Rio Tinto Aluminium Atlantique, Régis Tremblay.

Selon lui, le chantier de démolition et de réhabilitation a permis de démontrer «encore une fois» la grande compétence de tous les entrepreneurs et employés qui y ont oeuvré. Une opération évaluée entre 50 et 60 millions de dollars, avec des retombées locales de l'ordre de 85 %.

«Partout dans le monde, les sites gérés par Rio Tinto respectent rigoureusement un processus de planification de fermeture. Cela permet aux communautés d'accueil d'identifier les avenues et possibilités de retombées socioéconomiques», a-t-il expliqué.

En 2008, Rio Tinto a mis en place un plan de diversification industrielle pour la région de la Mauricie. «Le fonds Rio Tinto constitue un excellent moyen de supporter les entreprises locales et de les aider à améliorer leur leadership, en offrant un programme flexible et complémentaire aux autres fonds disponibles actuellement», a souligné M. Tremblay.

D'ailleurs, grâce au travail effectué par le Bureau de développement économique régional de Rio Tinto Aluminium, le consortium Pluri-Capital et l'entreprise Sotrem opèrent désormais Shawinigan Aluminium, l'ancien centre de coulée de l'Usine Shawinigan, et répondent ainsi aux besoins des clients.

«Avec la signature du protocole d'entente officialisant le transfert des titres entre Rio Tinto et la Ville de Shawinigan, Rio Tinto démontre qu'il est soucieux du mieux-être socioéconomique de la région», a-t-il affirmé.

Pour le maire Angers, il était important d'acquérir ce site industriel pour saisir de nouvelles opportunités manufacturières non polluantes et non bruyantes, «au coeur d'un quartier résidentiel», a-t-il tenu à décrire comme nouvelle réalité.

«Non seulement veut-on voir Shawinigan Aluminium continuer à investir, mais des voisins pourraient s'y joindre pour redonner à ces terrains une deuxième vie», a confié celui qui souhaite «voir pousser une nouvelle génération d'entreprises» alors que sa Ville, à travers la reconversion industrielle, «se forge une place parmi les villes innovantes et intelligentes».

Par ailleurs, la ministre régionale Julie Boulet dit comprendre ses sentiments partagés. «On peut tous se désoler du départ de la grande entreprise, avec de bons emplois bien rémunérés. Ça nous attriste encore de ne pas avoir été le choix désigné pour les investissements futurs», a-t-elle partagé lors d'un point de presse.

Mais, du même souffle, la députée de Laviolette a salué la façon de faire «élégante et respectueuse» de Rio Tinto. «D'autres entreprises auraient intérêt à vous prendre comme modèle. On a senti cette volonté de faire plus et de laisser votre marque. C'est un levier extraordinaire pour la suite des choses», a-t-elle indiqué.

Même s'il s'est dit touché par l'arrêt des opérations de l'aluminerie, le député de Saint-Maurice, Pierre Giguère, considère que «Rio Tinto a fait ça comme un grand». «C'est rare qu'un citoyen corporatif aille aussi loin», a conclu le maire Angers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer