La fibre optique arrive dans la MRC de Bécancour

Le préfet de la MRC de Bécancour, Mario... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Le préfet de la MRC de Bécancour, Mario Lyonnais, et l'ensemble des représentants des municipalités du territoire procédant à la pelletée de terre symbolique.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Manseau) «C'est incroyable qu'un tout petit fil de rien du tout, à peine plus gros qu'un cheveu, va progressivement s'installer sur l'ensemble du territoire de la MRC de Bécancour, autant sur des poteaux qu'enterré dans le sol.»

Voilà comment le préfet Mario Lyonnais a souligné le lancement des travaux pour le déploiement de la fibre optique, un chantier très attendu par les élus, la population et les entreprises. Les représentants des 12 municipalités de la MRC avaient d'ailleurs leur pelle en main pour donner le coup d'envoi officiel de cette «révolution numérique».

«Nous sommes très heureux de concrétiser le projet que nous chérissons depuis 2015. Cette nouvelle technologie sera accessible à tous les citoyens et toutes les entreprises de la région. C'est l'autoroute du savoir», a-t-il fièrement indiqué, souhaitant une première mise en service avant la fin de l'année.

Dans son analyse pour optimiser le plan architectural du réseau, la firme d'ingénierie Cima+ a découpé la région en quatre zones géographiques qui définissent le plan des travaux à être exécutés par Télécon au cours des prochains mois. Le plan de travail qui a été mis en place s'oriente à partir du Sud (autoroute 20) pour se terminer au nord (le fleuve Saint-Laurent) du territoire. Les travaux de construction de ce réseau s'étendront sur une durée de dix mois pour un montant estimé à 15 millions de dollars et une cinquantaine de travailleurs seront sur le terrain en période de pointe. Le déploiement de la fibre nécessite, dit-on, un important et long processus, allant de la construction à l'accès aux services, et impliquant, tout au long de la chaîne, différents intervenants.

La première phase touchera 810 clients potentiels à Manseau, Sainte-Françoise et une partie de Lemieux pour un linéaire de 103 kilomètres de fibre optique. La seconde étape concernera 667 clients potentiels à l'autre partie de Lemieux, Saint-Sylvère et une partie de Sainte-Marie-de-Blandford sur une distance de 79 kilomètres. La fin des travaux est prévue pour le mois de février 2017. 

Dans un troisième temps, on desservira 2689 clients potentiels reliant l'autre partie de Sainte-Marie-de-Blandford, Deschaillons-sur-Saint-Laurent, Fortierville, Parisville, Sainte-Cécile-de-Lévrard, Saint-Pierre-les-Becquets et Sainte-Sophie-de-Lévrard pour un linéaire de 231 kilomètres. Dans ce cas, l'échéancier a été fixé au mois d'avril 2017.

La quatrième phase représente 5303 clients potentiels reliant la ville de Bécancour comprenant les six secteurs (Bécancour, Gentilly, Précieux-Sang, Sainte-Angèle-de-Laval, Sainte-Gertrude et Saint-Grégoire) pour un tracé de 396 kilomètres. Le tout devrait se terminer en juillet 2017.

Cette infrastructure longue de 809 kilomètres permettra ainsi à 9469 foyers et entreprises d'avoir accès à l'Internet haut débit, aux applications de télévision numérique de Haute Définition (HD) «et à bien d'autres applications innovantes, riches en contenu».

En avril dernier, la MRC de Bécancour annonçait un partenariat avec Sogetel afin que celle-ci devienne le fournisseur de service autorisé. Elle offrira les services de téléphonie, d'Internet haute vitesse et de télévision aux citoyens et aux entreprises, et ce, à un prix concurrentiel et comparable à celui offert en milieu urbain. Sogetel mettra en place diverses stratégies pour présenter les services qui seront offerts à la future clientèle de la MRC de Bécancour. 

Le préfet Lyonnais a rappelé que les 12 municipalités sont aux prises avec la même problématique, soit une faiblesse au niveau de la qualité, la fiabilité et la vitesse de la connexion Internet, et le coût élevé pour bénéficier des trois services (téléphonie, télévision et Internet).

«Nous ne sommes pas les seules régions en milieu rural à vivre cette situation. Depuis quelque temps, les médias nationaux soulignent cette problématique dans plusieurs régions. Certains politiciens et médias nous citent en exemple, reprennent notre façon de faire, saluent notre audace d'avoir prix l'initiative d'avancer sans attendre l'aide gouvernementale et plus encore. Certaines MRC nous demandent une rencontre et veulent en savoir plus sur notre plan d'affaires», a-t-il raconté.

Selon le maire de Sainte-Françoise, le secret de la recette est simple: «nous avons entendu les besoins que les citoyens et les entreprises nous ont manifesté sur la situation qu'ils vivent au quotidien avec l'accès à l'Internet».

Ce dernier n'a pas manqué de féliciter ses collègues pour la mise en place d'un projet innovateur et collectif. «C'est ensemble que nous avons décidé d'aller de l'avant dans le projet pour le bien-être de nos citoyens et de nos entreprises car le réseau de fibre optique est un levier important pour l'attractivité économique et sociale de notre territoire. C'est aussi un effort financier très significatif pour notre communauté parce qu'investir dans l'économie numérique, c'est investir dans l'avenir», a-t-il conclu, tout en soulignant, au passage, le travail du chargé de projet, Richard Lampron, et l'implication de plusieurs autres intervenants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer