Mission en Europe: des retombées pour tous

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, a profité... (Ville de Shawinigan)

Agrandir

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, a profité de sa dernière mission économique pour signer un accord de coopération avec Michel Dantin, maire de Chambéry.

Ville de Shawinigan

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La dernière mission économique en Europe de la Ville de Shawinigan lui permettra de se positionner comme leader dans la francophonie numérique, prédit le maire, Michel Angers.

Du 26 septembre au 5 octobre, une délégation composée de six personnes s'est rendue en France et en Italie pour conclure des ententes, renforcer des partenariats ou semer des graines en éducation, en culture, en entrepreneuriat et dans l'univers des technologies de l'information.

Jeudi matin, le bilan de cette importante mission a été dressé par les acteurs concernés, au DigiHub. Michel Dantin, maire de Chambéry, s'est également joint à cette conférence d'information via Skype pour parler de la signature d'une entente de coopération avec Shawinigan.

«À la base, nous voulions rencontrer les organisations qui travaillent dans le domaine du numérique, pour nous faire connaître et aussi pour établir des liens qui vont permettre des échanges», explique M. Angers. «Nous voulons aussi faire en sorte que nous serons capables d'attirer ces entreprises françaises.»

«Pour moi, une mission économique, c'est sérieux», assure-t-il. «Il faut que ça débouche sur des retombées concrètes. Nous avons travaillé sur des créneaux économiques qui nous portent. Nous avons positionné Shawinigan comme leader de la francophonie numérique.»

L'entente avec Chambéry permettra à de jeunes entrepreneurs de participer à des activités de développement au Centre d'entrepreneuriat Alphonse-Desjardins et au DigiHub d'une part, ainsi qu'à Savoie Technolac, un incubateur et un accélérateur d'entreprises. L'accord prévoit aussi l'organisation d'un camp entrepreneurial annuel pour les démarrages, qui se déroulera en alternance dans les deux villes.

Cette entente intègre aussi un volet culturel, avec une collaboration entre le Festival international de la BD de Chambéry et le Festival interglacial de la BD et des univers givrés de Shawinigan. La Ville est aussi invitée à participer au jury du Festival du premier roman de Chambéry, avec la création d'un prix franco-québécois.

«Je me réjouis de cette idée d'intensifier la collaboration entre nos deux collectivités», indique M. Dantin. «Je pense que c'est de cette manière qu'on peut s'enrichir mutuellement. Je ne souhaite pas un simple partenariat d'amitié ou culturel, même si c'est important. Je souhaite quelque chose de supplémentaire, tant sur les questions universitaires que sur les questions liées au monde économique.» 

La mission a permis au DigiHub de conclure des ententes de collaboration avec Imaginov et Technowest, des pôles de développement économique respectivement basés à Lyon et Bordeaux. Les entreprises hébergées à ces endroits pourront avoir accès aux ressources et aux espaces de travail de chacun. La présentation d'événements conjoints est prévue, comme le Start up Weekend ou le Hackethon. Le DigiHub a aussi établi des liens avec plusieurs organisations du domaine du numérique.

Du côté du Collège Shawinigan, cette participation a permis de renouveler une entente avec l'Université Lyon 1 qui venait à échéance en 2017. D'autres programmes s'ajouteront à ceux déjà intégrés. Cette entente pourrait également déboucher sur un partenariat entre enseignants, notamment en chimie et en informatique. Des rencontres sont aussi survenues avec des représentants de l'Université Savoie Mont Blanc, qui pourraient aussi mener à une collaboration sur des projets conjoints réalisés par des étudiants shawiniganais et savoyards.

Le Collège Shawinigan a également réalisé une première approche exploratoire avec les instituts universitaires de technologie de l'Université de Bordeaux, afin de favoriser la mobilité étudiante pour des programmes communs aux deux établissements.

«Comme plusieurs cégeps à travers le Québec, le Collège Shawinigan prend de plus en plus sa place en territoire français», se réjouit Guy Dumais, directeur général de l'institution d'enseignement.

Signature aujourd'hui

La Communauté entrepreneuriale de Shawinigan a profité de cette mission pour marquer l'étape préliminaire à la signature de coopération décentralisée avec Dunkerque, qui s'effectuera vendredi matin à Québec en présence des premiers ministres Manuel Valls et Philippe Couillard.

Cette entente de deux ans, qui implique également BGE Flandre Création, encouragera les deux villes à documenter le modèle de la communauté entrepreneuriale et à labéliser le concept, ce qui permettra éventuellement de monnayer cette expertise en France, au Québec et dans l'est du Canada.

«Nous développons des outils depuis 2009», fait remarquer Denis Morin, coordonnateur de la Communauté entrepreneuriale de Shawinigan. «On s'est donc dit qu'on pouvait développer un modèle d'affaires. Notre intention est de publier un outil qui va permettre à tous ceux qui veulent nous lire de comprendre le phénomène de Shawinigan s'entreprend. À partir de là, on s'est dit qu'on pourrait formaliser nos outils.»

Un bon investissement, assure le maire

La Ville de Shawinigan vient sans doute d'organiser sa plus importante mission économique depuis le début du règne de Michel Angers, en 2009. Six personnes faisaient partie de cette délégation, à la recherche de nouvelles ententes pendant dix jours en France et en Italie.

Outre le maire, la délégation était composée de Guy Dumais (directeur général du Collège Shawinigan), Luc Arvisais (responsable du développement économique à l'hôtel de ville), Denis Morin (coordonnateur de la Communauté entrepreneuriale et directeur du Centre d'entrepreneuriat Alphonse-Desjardins), Philippe Nadeau (directeur du DigiHub) et François St-Onge (directeur des communications à la Ville). 

M. Angers précise que chaque entité défrayait ses coûts lors de cette mission. Le maire n'est pas en mesure, pour le moment, d'estimer les frais pour la délégation de la Ville, qui était composée de trois personnes. «Le gouvernement du Québec nous donne, à travers le Fonds de développement des territoires, des montants d'argent pour permettre ce genre de mission», explique-t-il. «Ça fait partie du développement économique. Pour le peu d'argent que ça peut représenter, considérant les retombées extrêmement importantes, je pense que ça fait partie des bons investissements.»

«C'est quelques milliers de dollars pour la Ville de Shawinigan», ajoute M. Angers, visiblement agacé. «Je suis toujours un peu surpris de voir la question des coûts... Le Fonds de développement des territoires ne peut pas être utilisé de n'importe quelle façon. Un des axes importants, c'est de faire du démarchage.»

Le maire fait remarquer que dans le passé, ces missions lui ont permis de peaufiner sa vision de reconversion d'anciens bâtiments industriels, qui a mené à la création du Centre d'entrepreneuriat Alphonse-Desjardins et du DigiHub.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer