Promatrice vient de doubler sa superficie à Saint-Léonard-d'Aston

Jean-Martin Chauvette, de Promatrice, posant devant son nouvel... (Marc Rochette)

Agrandir

Jean-Martin Chauvette, de Promatrice, posant devant son nouvel équipement d'un million de dollars.

Marc Rochette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Saint-Léonard-d'Aston) En 2003, Jean-Martin Chauvette démarrait seul son entreprise dans l'incubateur coopératif de Saint-Léonard-d'Aston. Treize ans plus tard, non seulement Promatrice est-elle propriétaire des lieux, faisant travailler une quinzaine de personnes, mais les espaces viennent de passer de 12 000 à 24 000 pieds carrés dans une phase d'expansion de 2,2 millions de dollars.

«Il y a du marché et de la demande», confie-t-il au Nouvelliste, tout en montrant ses nombreux équipements, dont sa toute dernière acquisition d'un million de dollars, une machine de découpe laser à fibre optique. Et il envisage déjà d'en ajouter une seconde l'an prochain, histoire de maintenir sa compétitivité.

Son entreprise est spécialisée dans la fabrication de pièces métalliques usinées et de prototypes de production en série (matrices). Reconnue pour la qualité de ses produits, elle offre des services en sous-traitance à une clientèle issue de plusieurs secteurs d'activités, dont l'agriculture, la construction et le domaine manufacturier dont principalement les matériaux de construction et les équipements de ventilation.

Au fil des ans, son emplacement, à proximité des autoroutes 20 et 55, lui a permis d'être au centre d'un territoire où le marché potentiel est très élevé en raison de la structure industrielle qui y est présente. Provenant du Québec et de l'ouest canadien, ses clients sont des entreprises manufacturières oeuvrant dans le secteur de la transformation du métal. Certains de ses produits ont même pris la route des États-Unis et de l'Europe. Il faut dire que sa réputation en matriçage, poinçonnage et pliage de métal n'est plus à faire.

Ayant débuté comme locataire, c'est en 2012 qu'il se porte acquéreur de l'incubateur coopératif, toujours occupé en partie par une autre entreprise. «C'est une journée importante, ça me fait quelque chose», avait alors déclaré l'un des promoteurs de l'incubateur coopératif construit en 2000, René Bérubé. À la fois fier et nostalgique, comme en témoignait cette revue de presse qu'il avait apportée, l'homme d'affaires avait rêvé d'un tel outil au milieu des années 80 alors qu'il était commissaire industriel.

Or, en plus de recruter Stéphane Doucet comme actionnaire minoritaire, l'acheteur avait profité de l'occasion pour procéder à l'agrandissement de ses locaux afin de disposer d'espace supplémentaire pour assurer la bonne marche de ses opérations. Et si Promatrice ne cesse de grandir, «c'est que le client revient», explique le machiniste de métier. Et c'est le développement de l'expertise qui, dit-il, lui a permis de se démarquer dans la stratégie de fidélisation, ayant des équipes multidisciplinaires qui savent s'adapter et innover pour atteindre les standards requis par les clients.

Ceux-ci proviennent de secteurs variés, tels que les systèmes de chauffage, la ventilation commerciale et industrielle, la découpe au laser et même les composantes architecturales. Une diversité qui rend l'entreprise moins vulnérable aux fluctuations du marché.

«On est reconnu comme un partenaire offrant plusieurs solutions au niveau de la transformation métallique sous un même toit», a résumé en conclusion M. Chauvette.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer