Silicium Québec: Martel réclame des tarifs d'électricité avantageux

Donald Martel, député caquiste de Nicolet-Bécancour.... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Donald Martel, député caquiste de Nicolet-Bécancour.

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) Maintenant que le projet de FerroAtlántica est mort dans l'oeuf à Port-Cartier et que le Groupe a fusionné avec Globe Specialty Metals, propriétaire de l'usine Silicium Québec à Bécancour, Donald Martel réclame de Québec des tarifs d'électricité avantageux pour l'avenir des installations de la rive sud et sa centaine d'employés.

«J'espère que le gouvernement s'occupe de l'entreprise. On sait que FerroAtlántica a fusionné avec Silicium Bécancour. Le projet de FerroAtlántica, qui devait avoir lieu à Port-Cartier, ne verra pas le jour. Le gouvernement était prêt à donner à FerroAtlántica un avantage au niveau des tarifs d'électricité. Moi, j'ai toujours dit qu'il devrait faire la même affaire avec ceux qui sont ici», a confié au Nouvelliste le député caquiste.

En juin 2014, celui-ci avait participé à une rencontre au sommet pour tenter de convaincre le ministre de l'époque, Jacques Daoust, de consentir à Silicium Québec les mêmes avantages qu'à FerroAtlántica, qui devait bénéficier d'une réduction des taux d'électricité, pour une économie de 63 millions de dollars.

«Moi, je pense que si le gouvernement dit oui, ça peut faire en sorte de moderniser l'entreprise de Bécancour, parce que Silicium Bécancour, c'est l'une des plus vieilles usines du parc industriel. Si on leur donne un coup de main, je présume que ça va les inciter à faire des investissements pour garder l'entreprise à plus long terme», poursuit le représentant de Nicolet-Bécancour.

Selon lui, le gouvernement du Québec peut se permettre d'accorder un rabais de tarifs «dans un contexte où on est en surplus d'électricité». «On n'a pas les moyens de perdre des nouveaux emplois dans le parc industriel. Je souhaite qu'on ait une attitude pro-active là-dedans. Ça fait déjà plus de deux ans que je demande ça, j'espère que ça va accoucher bientôt», lance Donald Martel.

En décembre 2015, la décision de FerroAtlántica de renoncer à son important projet de silicium métal à Port-Cartier avait été accueillie avec soulagement dans les murs de l'usine de Bécancour. Encore là, le député de la CAQ avait souhaité ouvertement la modernisation de Silicium Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer