MRC de Mékinac: «Il faut se serrer les coudes»

Le préfet de la MRC de Mékinac et... (Photo: Francois Gervais)

Agrandir

Le préfet de la MRC de Mékinac et maire d'Hérouxville, Bernard Thompson, a présenté les grandes lignes du plan d'action 2016-2019 ainsi que les six objectifs qui en découlent.

Photo: Francois Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Tite) Conscientes qu'elles devaient unir leurs forces afin de se développer à leur plein potentiel, les 10 localités qui composent la MRC de Mékinac ont élaboré un plan d'action dans lequel sont établis les objectifs qui orienteront leurs efforts de développement au cours des trois prochaines années.

Présenté mardi après-midi en présence de plusieurs maires des localités de la MRC et de représentants des milieux économique, communautaire et social, ce plan d'action était nécessaire selon le maire d'Hérouxville et préfet de la MRC, Bernard Thompson. Il était impératif, selon lui, que la MRC et les acteurs du milieu règlent leurs différends et travaillent ensemble.

«Ça nous donne une vision de ce que devrait être la MRC. Il y a eu des études et toutes sortes de choses qui ont été faites, mais on ne s'est jamais réuni avec les gens du milieu. La relation entre la MRC et ces gens-là n'était pas saine. Ils se voyaient éloignés de nous. [...] Si on veut survivre et grandir, il faut se serrer les coudes», a lancé celui qui occupe le poste de préfet de la MRC depuis avril dernier.

Le produit du travail des partenaires et des élus a permis l'élaboration de six objectifs qui sont: développer les opportunités du tourisme rural et accroître la valeur économique de l'activité touristique, favoriser l'attraction de nouvelles familles et la rétention des résidents actuels et consolider ce qui se fait sur le territoire en matière de développement communautaire, contribuer activement au développement du sentiment d'appartenance pour tous les citoyens de Mékinac en impliquant et consultant les gens, favoriser le développement de l'entrepreneuriat, avoir une couverture cellulaire et internet haute vitesse dans tout Mékinac et soutenir les projets pour qu'ils puissent contribuer davantage au processus de diversification économique.

À la base, le processus de consultation, qui s'est fait sous la forme de six mini-forums, a mené à l'élaboration d'une trentaine d'objectifs. C'est lors d'un lac-à-l'épaule en juillet dernier, auquel ont participé les maires, que le nombre a fondu à six.

«Ce lac-à-l'épaule a été déterminant. C'est à ce moment-là que nous avons décidé ce que nous allions faire. Nous ne voulions pas en avoir plus que 12. On a décidé de se limiter à des objectifs qui étaient réalisables. Ça ne servait à rien d'en avoir trop», a raconté le préfet.

Maximiser le Fonds de développement des territoires

Ces objectifs permettront notamment de tirer le maximum du Fonds de développement des territoires mis sur pied par Québec en avril 2015, en vertu duquel la MRC peut investir annuellement 530 000 $, soit 330 000 $ dans des projets régionaux et 200 000 $ dans d'autres d'envergure plus locale.

En ayant des objectifs précis de développement, il sera plus facile pour la MRC d'attribuer les sommes et de cibler des projets cadrant avec ceux du Fonds.

M. Thompson ajoute d'ailleurs qu'il existe de nombreux autres programmes qui pourront permettre de réaliser des projets s'inscrivant dans les objectifs du plan.

«On tombe dans le Fonds de développement des territoires, mais également dans d'autres programmes de subventions des gouvernements. On peut aller chercher de l'argent partout», a-t-il ajouté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer