Taux de chômage: vers un bas niveau record

L'économiste régional indépendant, Jules Bergeron, est un ancien... (François Gervais)

Agrandir

L'économiste régional indépendant, Jules Bergeron, est un ancien professionnel chez Emploi-Québec Mauricie.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Tant à Trois-Rivières qu'en Mauricie, le taux de chômage a diminué le mois dernier, pour atteindre 6,7 pour cent dans le premier cas, et 5,8 pour cent dans le second. Pourtant, l'emploi régional a reculé de 2,7 pour cent par rapport au mois précédent, un premier pas en arrière depuis le début de l'année.

«La perte de 3400 emplois enregistrée au cours du dernier mois est issue d'une chute beaucoup plus prononcée de l'effectif à temps plein, soit 4400 ou -4,3 %, et d'une progression de 1000 du nombre de personnes travaillant à temps partiel», précise l'économiste régional indépendant, Jules Bergeron.

Néanmoins, dit-il, avec 124 100 emplois en août 2016, la région affiche un bilan de loin supérieur à ce qu'il était un an plus tôt. Et la même tendance se dégage autant pour l'effectif en poste à temps plein que pour les postes à temps partiel.

«Par ailleurs, le taux de chômage flirte toujours avec un bas niveau record car, en s'établissant à 5,8 % en août 2016, la Mauricie a rarement sinon jamais connu un ratio de sans-emploi aussi faible. Une telle situation peut s'expliquer à la fois par l'assez bonne conjoncture en vigueur dans la région pour l'emploi et aussi par le fait que la région demeure toujours avec une participation au marché du travail largement inférieure au niveau provincial», avance le spécialiste.

Celui-ci note que même si le taux d'activité régional s'affichait à 58,4 % en août 2016, soit 1,8 point de moins qu'en juillet 2016, mais 4,2 points de plus qu'en août 2015, il y a un écart toujours marqué avec le ratio de l'ensemble du Québec. Ainsi, la différence avoisinait six points en août 2016, dépassait sept points en janvier 2016 alors qu'en août 2015, cet écart était de 10,7 points.

«Si la région se porte bien au chapitre de l'emploi actuellement, serait-elle en mesure de composer avec un taux d'activité semblable à celui du Québec, soit autour de 64 ou 65 %?», se demande l'ancien professionnel chez Emploi-Québec Mauricie.

En ce qui a trait aux secteurs d'activité, les dernières données disponibles comparent les six premiers mois de 2016 avec ceux de la même période en 2015. On y note une progression de l'emploi de l'ensemble des activités de services, quoique les services à la consommation affichent une certaine stabilité. «Ses principales composantes que sont le commerce ainsi que l'hébergement et la restauration profitent de la clientèle touristique pour compenser la demande régionale peut-être plus limitée», soutient M. Bergeron.

Ce dernier observe que le secteur manufacturier demeure toujours en déficit au chapitre de l'effectif au travail, et tardait toujours, lors de la première moitié de 2016, à s'éloigner de son niveau plancher historique. «Mais des progrès sont sans doute à venir», croit-il.

Finalement, la construction connaît une certaine stagnation, étant donné la faiblesse de l'activité du bâtiment toutes catégories en Mauricie. «Les travailleurs de la région doivent sans doute quitter la région pour trouver du travail», prétend M. Bergeron.

Au pays, le marché de l'emploi canadien a pris du mieux en août, regagnant presque tout le terrain perdu en juillet. Statistique Canada a annoncé, vendredi, que 26 200 nouveaux emplois avaient été créés en août après la perte de 31 200 emplois enregistrée le mois précédent.

En dépit de cette hausse, le taux de chômage canadien a grimpé à 7 pour cent comparativement à 6,9 pour cent en juillet alors que davantage de personnes en quête d'un emploi ont fait leur entrée sur le marché du travail.

L'augmentation du nombre d'emplois en août est attribuable à un gain de 52 200 emplois à temps complet contrebalancé par la perte de 26 000 emplois à temps partiel.

Le nombre d'emplois a progressé au Québec et à Terre-Neuve-et-Labrador, a reculé au Nouveau-Brunswick et a peu varié dans les autres provinces.

Avec la collaboration de La Presse canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer