Desjardins veut fusionner quatre caisses

Le projet touche les caisses Sud du Des... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le projet touche les caisses Sud du Des Chenaux, de Sainte-Thècle, de Saint-Adelphe, de La Moraine et du Centre de Mékinac.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Sainte-Anne-de-la-Pérade) Desjardins souhaite regrouper quatre caisses en Mauricie dans l'objectif de faire des économies administratives annuelles récurrentes de 1,1 million $ et d'offrir plus de services et d'accessibilité à ses membres ainsi qu'une force de conseil accrue et une meilleure rétention du personnel, explique le directeur de la caisse Sud des Chenaux, Charles-Olivier Massicotte-Bourbeau.

Une réunion s'est tenue simultanément dans quatre des municipalités concernées, mardi et mercredi, puisque la fusion souhaitée concerne les caisses du Sud Des Chenaux, de Sainte-Thècle-Saint-Adelphe, de la Moraine et du Centre de Mékinac.

Environ 25 des quelque 26 000 membres de ces caisses étaient présents à chacune des réunions.

La présidente de l'Âge d'or de Saint-Prosper, Christiane Fiset, a profité d'une de ces rencontres, tenue à Sainte-Anne-de-la-Pérade, pour déposer une pétition de 171 noms qui s'opposent à la fermeture du point de service de Saint-Prosper depuis le 3 juin dernier.

Comme l'explique toutefois M. Massicotte-Bourbeau, «il faut vraiment dissocier le dossier des points de service et le dossier des fusions. Ça n'a strictement rien à voir. Le regroupement, ce n'est pas pour fermer des points de service. C'est pour se doter d'un réseau encore plus fort», assure-t-il.

«On regroupe les entités pour se donner de la marge de manoeuvre et être en mesure de continuer à faire des dons et commandites et d'appuyer des projets dans nos secteurs», plaide le directeur.

Regrouper les quatre caisses permettrait d'éviter de multiplier par quatre certains frais, comme les audits, inspecteurs et firmes spécialisées, notamment. «On aurait juste une facture à payer», résume M. Massicotte-Bourbeau.

Avec les économies, «on pourrait doubler nos dons dans les écoles et autres dons qu'on fait», illustre-t-il.

Les quatre caisses tiendront des réunions extraordinaires pour ses membres, les 27 et 28 septembre. Il y aura alors prise de vote concernant ce projet de fusion.

Peu importe le nombre de membres présents, ce sont eux qui voteront pour ou contre le regroupement proposé. Pour que le projet soit accepté, il faudra que les deux tiers des personnes présentes soient en faveur.

Échaudée par la fermeture imposée de la caisse de Saint-Prosper, Mme Fiset, dans une lettre acheminée au Nouvelliste, dit craindre que les membres n'aient plus aucun pouvoir décisionnel.

Le directeur de la Caisse du Sud Des Chenaux, lui, explique que seules des décisions comme l'installation ou le retrait de guichets automatiques, les heures d'ouverture ou l'endroit où sont postés les conseillers relèvent du conseil d'administration. «Quand on parle d'un projet de regroupement, ce sont les membres qui doivent se prononcer», assure-t-il.

Ce projet touche 91 employés et vise notamment à améliorer les perspectives d'emploi au sein de l'organisation tout en créant des équipes plus fortes, indique le directeur. Ce dernier rappelle que la Caisse du Sud Des Chenaux qu'il dirige est elle-même issue de la fusion de cinq caisses.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer