Le Jack Saloon au centre-ville de Trois-Rivières

Le Jack Saloon a ouvert ses portes sur... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le Jack Saloon a ouvert ses portes sur la rue des Forges mardi.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Une nouvelle bannière en restauration s'ajoute au centre-ville de Trois-Rivières. Après Québec et Montréal, le Jack Saloon a maintenant pignon sur la rue des Forges.

Certains diront que l'endroit a choisi le meilleur moment pour ouvrir avec la venue de Céline Dion en ville. Mais il s'agit en fait d'un heureux hasard.

«On ne le savait même pas pour Céline!, rigole le directeur des opérations de l'entreprise, Sergio Mella. Mais lors du premier soir, c'était plein même si nous ne prenions pas de réservations. Nous avons contrôlé notre flot puisque nous sommes encore en rodage.»

Même si le centre-ville de Trois-Rivières regorge déjà de plusieurs restaurants, la chaîne de la Vieille Capitale estime qu'elle trouvera son compte en Mauricie.

«On a fait une étude de marché et nous sommes venus voir sur place lors de certaines soirées. Il y a du potentiel à Trois-Rivières et nous avons décidé de tenter l'aventure», indique M. Mella.

D'ailleurs, Jack Saloon n'est pas la seule chaîne à s'être établie à Trois-Rivières dernièrement ou qui étudie la possibilité de le faire, comme Chez Ashton. C'est sans compter les nombreux établissements qui ont complètement renouvelé leur identité dans les deux dernières années.

«Le marché de Trois-Rivières est en croissance au niveau de la restauration, souligne M. Mella en pointant vers le ciel. On a vu que Le Pot a ouvert, on savait aussi que L'Gros Luxe, un restaurant très fort à Montréal voulait s'en venir ici. On voit aussi que Le Bureau de poste, qui a des succursales à Montréal et Québec, est aussi ici. C'est la même chose pour l'Archibald de Québec et les Soeurs grises.»

La cuisine qui sera offerte dans ce nouveau resto-bar en sera une Tex-Mex, avec une touche française dans la préparation, le tout dans une ambiance rappelant le Far West.

«Nous sommes très confiants par rapport à notre nourriture, ce qui nous permet de travailler sur le service et sur l'accueil. La différence, c'est que nous utilisons peu de gaz et de fours, mais plutôt du bois et du charbon», explique M. Mella, qui ajoute que des spectacles musicaux et un disc-jockey offriront des prestations.

Le restaurant remplace ainsi l'Eduardo, qui était situé dans ce bâtiment. L'endroit devrait permettre d'accueillir 124 clients grâce à une terrasse l'été. Une cinquantaine d'employés ont été embauchés.

Le Jack Saloon de la cité de Laviolette devient ainsi le troisième restaurant de la chaîne. Un quatrième, situé à Montréal, a dû fermer ses portes à la suite d'un dégât d'eau. L'entreprise, qui fêtait ses cinq ans mercredi, prévoit continuer son expansion avec d'autres établissements en Beauce, à Sainte-Foy et sur la rive nord de Montréal.

Grande popularité sur les réseaux sociaux

Ce qu'il y a de plus surprenant avec l'ouverture du Jack Saloon trifluvien, c'est la popularité de l'endroit sur les réseaux sociaux. Avant même son ouverture, il comptait déjà plus de 4900 abonnés sur sa page Facebook. M. Mella explique qu'en 2016, ce qui se passe en cuisine, ce n'est qu'une portion de ce qui amènera des clients à franchir les portes.

«J'ai une personne qui travaille à temps plein. Nous avons une graphiste au bureau-chef qui s'occupe de tout ce qui est notre image de marque, mais aussi de nos réseaux sociaux. Il y a aussi une personne sur le terrain qui s'occupe de la promotion et qui encourage les employés à participer. Nous sommes très forts sur les réseaux sociaux comme Facebook, Snapchat et Instagram. Un restaurant aujourd'hui, il faut lui donner de l'amour, de l'entrée jusqu'à ce qui se passe à l'arrière.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer