2,5 M$ pour la zone industrialo-portuaire

Dans l'ordre habituel, on retrouve Gaétan Boivin, président-directeur... (Francois Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Dans l'ordre habituel, on retrouve Gaétan Boivin, président-directeur général de l'APTR, Julie Boulet, ministre responsable de la Mauricie, Mario De Tilly, directeur général d'Innovation et Développement économique Trois-Rivières, Jean D'Amour, ministre délégué aux Affaires maritimes, Pierre Michel Auger, député de Champlain, et Jean-Denis Girard, député de Trois-Rivières.

Francois Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Deux semaines après sa création, la zone industrialo-portuaire de Trois-Rivières vient d'accueillir un premier projet, soit l'aménagement d'une aire d'entreposage au coût de dix millions de dollars.

Et le ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean D'Amour, était de retour en région, mercredi, pour y annoncer une contribution gouvernementale de 2,5 millions de dollars.

D'ici l'été 2017, on prévoit donc la construction d'un hangar de 6800 mètres carrés et l'aménagement d'une surface d'entreposage extérieur de 26 000 mètres carrés sur un terrain de près de 40 000 mètres carrés situé sur la rue Bellefeuille, à moins d'un kilomètre du port.

«L'aménagement de cette aire d'entreposage pour vrac solide, qui s'inscrit parfaitement dans la stratégie maritime du Québec, favorisera le développement de la zone industrialo-portuaire de Trois-Rivières tout en améliorant la position concurrentielle du port et celle de ses exploitants», a commenté le ministre D'Amour.

Sa collègue responsable de la Mauricie, Julie Boulet, n'a pas manqué de rappeler que le secteur maritime était l'un des leviers privilégiés par le gouvernement pour la relance économique du Québec. D'ailleurs, le projet entraînera la création de 25 emplois directs et d'une centaine d'autres indirects.

«Ces constructions viendront libérer les superficies les plus stratégiques situées près des quais, qui pourront ensuite être consacrées à des activités générant des retombées plus importantes tout en augmentant le pouvoir d'attraction auprès de la clientèle du port», a ajouté la ministre du Tourisme.

Pour sa part, le député de Trois-Rivières, Jean-Denis Girard, prévoit l'arrivée de nouveaux joueurs avec cette plus grande capacité opérationnelle du port.

«Je me réjouis de cet investissement majeur qui permettra à court terme d'accroître les activités de transport maritime et d'augmenter la qualité des services offerts aux utilisateurs de notre port», a-t-il fait savoir.

Pour le président-directeur général de l'Administration portuaire de Trois-Rivières (APTR), Gaétan Boivin, le projet ajoute effectivement une offre d'entreposage complémentaire à celle disponible le long des quais.

«Situé au coeur d'un secteur industriel, le site présente un accès routier exceptionnel. Il est particulièrement bien adapté à des activités de distribution et à l'offre de services logistiques à valeur ajoutée», a-t-il décrit.

De son côté, le directeur général d'Innovation et Développement économique Trois-Rivières, Mario De Tilly, a souligné le caractère mobilisateur de la zone industrialo-portuaire. «C'est le fruit du travail de beaucoup de gens», a-t-il tenu à relever.

L'aide financière a été accordée en vertu du programme de soutien aux investissements dans les infrastructures de transport maritime mis sur pied dans le cadre de la Stratégie maritime du Québec. Doté d'un budget de 200 millions de dollars jusqu'en 2020, ce programme s'adresse aux entreprises, aux organismes municipaux et à tout autre organisme intéressé à investir dans les infrastructures de transport maritime ayant un établissement au Québec.

Toujours en lien avec ce même programme, le ministre D'Amour avait dans sa poche une deuxième annonce, soit un appui financier de 32 000 dollars à l'APTR pour la réalisation d'une étude permettant la modélisation de la circulation des véhicules lourds sur les terrains du port.

On veut ainsi modéliser le trafic routier actuel et simuler la hausse de trafic attendue dans les prochains mois et les prochaines années à la suite, notamment, du développement de la zone industrialo-portuaire de Trois-Rivières.

«Le port de Trois-Rivières manutentionne beaucoup de marchandises pour des entreprises du Québec et de l'Amérique du Nord. En optimisant le trafic routier dans ses installations, avec des temps d'attente et de passage plus courts, le port accroîtra certainement sa productivité.

C'est une bonne nouvelle pour les expéditeurs et les destinataires, puisque ce gain d'efficience en matière de logistique se traduira pour eux par une économie de temps et de coûts», a indiqué par voie de communiqué le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports, Laurent Lessard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer