La grève est terminée au Comfort Inn

Les employés du Comfort Inn de Trois-Rivières ont... (Photo: Olivier Croteau)

Agrandir

Les employés du Comfort Inn de Trois-Rivières ont accepté la dernière offre de leur employeur, mettant ainsi fin à la grève qui durait depuis le 31 juillet.

Photo: Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Albert Brunelle
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La grève à l'hôtel Comfort Inn de Trois-Rivières est terminée. Les travailleurs de l'établissement ont accepté l'offre finale de l'employeur lundi après-midi.

Selon le protocole de retour au travail négocié entre les parties, le travail devrait reprendre dès mardi matin. Le nouveau contrat de travail est d'une durée de trois ans, dont la première est pratiquement écoulée puisque la dernière convention est échue depuis le 1er novembre 2015. Des augmentations salariales de 1 % rétroactives pour la première année et de 1,5 % pour les deux années subséquentes y sont prévues.

Le syndicat est particulièrement satisfait de l'élimination des dispositions qui rendaient difficile l'accès au statut de permanent, puisqu'elles constituaient le principal accroc entre les parties. «Nous pouvons être fiers, car les travailleuses et travailleurs rentrent la tête haute», a commenté Sylvain Martin, directeur adjoint du syndicat Unifor.

Quant aux dispositions sur les assurances collectives des employés, l'employeur ne pourra plus modifier son régime sans le consentement du syndicat.

«L'employeur avait instauré une prime de 10 $ pour chaque médicament réclamé. Cette disposition reste, mais il ne pourra plus toucher au régime sans notre aval», affirmait M. Martin.

Si les négociations duraient depuis plus de 11 mois, les événements des dernières semaines concernant les briseurs de grève ont nécessairement aidé à en venir à une entente.

«Le moment tournant de ce conflit aura été, sans contredit, le rapport de l'inspecteur du ministère du Travail qui a conclu à la présence de briseurs de grève et le soutien d'Unifor qui a entrepris les recours nécessaires pour faire reconnaître les droits des travailleuses et travailleurs», a expliqué M. Martin.

Rappelons que pas loin de huit briseurs de grève avaient été signalés dans un rapport d'un inspecteur du ministère du Travail. L'entente intervient donc alors que le syndicat s'apprêtait à aller de l'avant avec des procédures auprès du Tribunal administratif du travail pour faire reconnaître les briseurs de grève et la négociation de mauvaise foi de l'employeur.

«La veille des premières représentations devant le Tribunal, l'employeur nous a contactés afin de reprendre les négociations», soulignait M. Martin.

«Le défi maintenant est de retourner au travail et de faire en sorte de retrouver un bel environnement à l'hôtel pour que les parties s'entendent et que l'atmosphère soit agréable. Le syndicat va travailler dans ce sens-là», concluait Sylvain Martin.

Rappelons que 16 employés de la réception et du service d'entretien étaient en grève au Comfort Inn depuis le 31 juillet dernier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer