Mario De Tilly: l'homme de six milliards $...

Le directeur général d'IDE Trois-Rivières, Mario De Tilly,... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le directeur général d'IDE Trois-Rivières, Mario De Tilly, n'est pas peu fier des résultats, au terme du deuxième trimestre 2016.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Mario De Tilly a de quoi se pincer pour y croire. Son arrivée à la tête d'Innovation et Développement économique Trois-Rivières en 2015 aura coïncidé avec le début d'une période plutôt faste pour sa ville d'adoption.

Avec des dossiers d'une valeur potentielle de six milliards de dollars d'investissements sur les deux rives, incluant évidemment les grands projets en dormance dans le parc industriel de Bécancour, l'homme respire la confiance.

D'autant plus que son tableau indicateur aux multiples couleurs selon l'état des dossiers - qu'il tient à garder à distance pour des questions de confidentialité - confirme qu'il a atteint ses objectifs de 2016 en six mois: 60 démarrages, 75 dossiers et plans d'affaires, 100 projets d'expansion, 300 millions de dollars en investissement et 700 nouveaux emplois. Des entreprises comme Marmen figurent sur la liste, a-t-il admis.

«Actuellement, 63 dossiers d'expansion et 72 d'implantation sont ouverts, soit 135 au total», a-t-il précisé en entrevue au Nouvelliste.

Dans le radar, il y a néanmoins 71 cas de nouvelles entreprises, comme IFFCO et Stolt LNGaz, pour ne mentionner que celles-là, qui pourraient générer à elles seules des investissements de 4,3 milliards de dollars. À cela s'ajoutent 55 expansions possibles d'une valeur de 737 millions de dollars et tout ce qui risque de découler du Fonds de diversification économique dans le futur.

Par ailleurs, le directeur général d'IDE Trois-Rivières se plaît à faire défiler les graphiques sur le marché du travail de l'agglomération trifluvienne, qui démontrent une tendance à la baisse du taux de chômage et une croissance de ses taux d'emploi et d'activité. Des bonnes nouvelles confirmées plus tôt cette semaine par le Conference Board du Canada.

Parmi les chantiers importants, celui-ci ne manque pas de mentionner les travaux de modernisation qui se poursuivent au port de Trois-Rivières, à coup de millions de dollars.

C'est sans compter l'ouverture récente de la gare maritime. Quant au fameux hangar numéro 1, qui fut utilisé lors du FestiVoix, plusieurs promoteurs rôdent autour, mais rien n'est encore attaché pour lui donner une nouvelle vocation.

Tout comme il y a encore loin de la coupe aux lèvres à l'aéroport pour y voir décoller et atterrir un jour des vols commerciaux. «Pour être capable de faire du transport de passagers, il faut répondre à certaines normes», a-t-il rappelé alors que la nouvelle compagnie aérienne NewLeaf a déjà parlé de Trois-Rivières comme d'un marché intéressant.

Car une entente a beau avoir été conclue avec l'Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA), les coûts que devrait assumer la Ville pour assurer la sécurité des vols la forcerait à imposer des frais de 75 $ par passager au lieu de sept dollars si, comme ailleurs, l'opération était subventionnée. Et selon les scénarios, des investissements variant entre deux et six millions de dollars seraient nécessaires pour rendre les installations adéquates.

Alors qu'un deuxième bâtiment est sur le point d'être inauguré dans le parc MicroSciences et qu'un nouveau centre des congrès est à voir le jour, M. De Tilly dit travailler plusieurs dossiers à la suite du partenariat d'affaires établi avec Bécancour.

De plus, le Fonds local de solidarité, créé en début d'année pour accélérer la réalisation de projets de démarrage, d'expansion et d'acquisition d'entreprises, n'a pas tardé à porter fruit. «On a déjà presque tout placé le million de dollars», a-t-il fait savoir.

Finalement, ce dernier ne peut passer sous silence «l'effervescence touristique» avec, entre autres, le Grand Prix de Trois-Rivières et le Cirque du Soleil à l'Amphithéâtre Cogeco. Et encore là, les indicateurs sont à la hausse au plan de l'achalandage, que ce soit au bureau d'information ou sur le site web.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer