Annonce imminente de projets au port

Le ministre délégué aux Affaires maritimes Jean D'Amour... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le ministre délégué aux Affaires maritimes Jean D'Amour et le président-directeur général du Port de Trois-Rivières, Gaétan Boivin, ont confirmé que l'implantation de la zone industrialo-portuaire de Trois-Rivières devrait produire ses premières annonces au cours des prochaines semaines.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) À peine confirmée, la zone industrialo-portuaire de Trois-Rivières devrait produire ses premières annonces au cours des prochaines semaines alors que le ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean D'Amour, a évoqué ouvertement deux autres visites en région d'ici la fin d'août et en septembre «pour d'autres projets».

C'est tout près de la gare maritime fraîchement inaugurée qu'il a dévoilé, mardi, une entente de collaboration entre son gouvernement et le milieu trifluvien pour l'implantation d'une zone IP. Ainsi, Québec s'engage à financer jusqu'à 70 % des dépenses associées à la réalisation d'un plan de développement, et ce, jusqu'à concurrence de 125 000 $.

De cet accord découle la formation d'un comité local qui regroupe la Ville de Trois-Rivières, l'Administration portuaire de Trois-Rivières (APTR), Innovation et Développement économique Trois-Rivières, ainsi que les ministères et organismes concernés.

«Ce n'est qu'une étape. Vous nous donnez des enveloppes. C'est à nous de se retrousser les manches pour réaliser des projets qui vont développer la région», a affirmé le président du comité, Gaétan Boivin, qui n'a pas caché d'autres annonces imminentes. «J'irai aussi loin et aussi rapidement que vous le souhaiterez comme région. C'est un port orienté vers le développement économique. On croit en Trois-Rivières», a renchéri le ministre D'Amour.

Soulignant l'efficacité du gouvernement dans le traitement des dossiers, le président-directeur général de l'APTR a précisé que le comité aura pour mandat de délimiter la zone IP et de préparer un plan de développement industriel comprenant, entre autres, le repérage des marchés potentiels et des occasions d'attraction d'investissements, le tout en conformité avec les principes de développement durable. Et les organismes tels que la Chambre de commerce et d'industries de Trois-Rivières et les Manufacturiers de la Mauricie et du Centre-du-Québec seront aussi consultés pour dégager «une ligne directrice régionale».

«Le développement de zones industrielles près des services portuaires ainsi que d'infrastructures routières et, souvent, ferroviaires représente un avantage compétitif considérable pour les entreprises qui s'y installent. Ce positionnement stratégique assurera entre autres une meilleure intégration des entreprises manufacturières aux chaînes d'approvisionnement mondiales, ce qui aura pour effet d'attirer des investissements au Québec, en plus d'accroître nos exportations», a expliqué le ministre D'Amour, qui est à compléter sa tournée provinciale pour annoncer les 16 zones IP.

Ce dernier a tenu à rappeler que le plan d'action 2015-2020 de la Stratégie maritime du Québec disposait notamment d'une enveloppe d'intervention de 300 millions de dollars pour soutenir des projets d'investissements privés dans les zones IP. Une somme de 200 millions de dollars est également prévue par le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports pour soutenir les projets d'infrastructures portuaires et intermodales consacrés au transport des marchandises.

«Cette annonce indique clairement que la Mauricie est partie prenante de ce plan ambitieux et visionnaire qu'est la Stratégie maritime. C'est une excellente nouvelle parce que le secteur manufacturier y occupe une place importante et que le commerce international représente une grande part de l'activité économique de la région. Dans toute économie ouverte sur le monde, comme celle de la Mauricie, la compétitivité des entreprises sera assurée par l'innovation, la hausse de la productivité et les investissements privés», a mentionné la ministre régionale, Julie Boulet.

«Grâce à la voie maritime du Saint-Laurent, le port de Trois-Rivières donne un accès privilégié au réseau maritime international. En dynamisant ses activités portuaires, nous ne faisons que renforcer le positionnement concurrentiel de Trois-Rivières. La Stratégie maritime constitue un formidable levier de création de richesses, car avec l'implantation d'une zone IP, nous facilitons la capacité de nos entreprises à exporter un savoir-faire local partout dans le monde», a ajouté le député de Trois-Rivières, Jean-Denis Girard.

Misant sur cette mobilisation locale pour faire de la zone IP de Trois-Rivières l'une des plus performantes, Gaétan Boivin a finalement parlé de ce souci collectif de faire les choses correctement. «Une force unique est en train de se bâtir autour d'un projet commun», a conclu la vice-présidente de l'APTR, Martine Gravel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer