Olymel en mode réorganisation

L'usine de transformation Lucyporc... (PHOTO FRANÇOIS GERVAIS, ARCHIVES LE NOUVELLISTE)

Agrandir

L'usine de transformation Lucyporc

PHOTO FRANÇOIS GERVAIS, ARCHIVES LE NOUVELLISTE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Pour Olymel, qui a annoncé il y a moins d'une semaine l'élimination de 340 postes à son usine de Saint-Hyacinthe au cours de la prochaine année, le projet à Yamachiche s'inscrit dans la réorganisation de ses activités dans le secteur du porc.

Une fois la consolidation effectuée, le site actuel de l'abattoir du Groupe Robitaille devrait fermer ses portes, à moins qu'on lui trouve une autre vocation.

Pour le président de Groupe Robitaille, Claude Robitaille, cette consolidation permettra enfin à son entreprise de répondre à la demande extérieure, notamment celle en provenance du Japon pour ses produits de marque Mugifuji et Nagano.

«Actuellement, nous ne réussissons pas à produire ce que nos clients veulent», a-t-il expliqué, précisant que l'usine actuelle de Lucyporc traitait quotidiennement entre 1500 et 1700 porcs.

«Il y a une croissance naturelle au Japon, et avec le réseau d'Olymel, nous pourrons tenter de développer d'autres marchés», a ajouté M. Robitaille.

S'il est prévu que les 1000 employés du futur site passent dans le giron de la filiale de la Coop fédérée, Lucyporc conservera son équipe des ventes ainsi que ses dirigeants, a assuré le dirigeant du Groupe Robitaille.

Avant de confirmer que le projet ira de l'avant, Olymel et le Groupe Robitaille devront s'entendre sur certaines modalités avec leurs employés respectifs, qui sont représentés par les Travailleurs unis de l'alimentation et du commerce.

Bien qu'il s'agisse pour le moment d'un projet d'investissement privé, les deux partenaires ont l'intention de solliciter l'aide du gouvernement québécois dans l'espoir d'obtenir une contribution financière ou une subvention.

Le président-directeur général d'Olymel Réjean Nadeau a confirmé qu'il y avait actuellement des démarches effectuées en ce sens.

Par ailleurs, revenant sur les mauvaises nouvelles annoncées la semaine dernière, M. Nadeau a affirmé que les travailleurs intéressés à venir travailler à l'usine de Yamachiche, même si elle est à environ 1 h 30 en voiture de Saint-Hyacinthe, seront considérés.

Il croit toutefois que la majorité des 340 employés concernés pourront être relocalisés au cours des 18 prochains mois dans un rayon d'environ 75 kilomètres.

«Il y a un certain roulement de personnel dans nos usines et il y aura également une augmentation de la charge de travail dans nos installations de Drummondville, Saint-Damase et à Saint-Jean-Baptiste», a-t-il affirmé.

Les travailleurs intéressés à aller travailler ailleurs pourront conserver leur ancienneté ainsi que leurs avantages, a ajouté M. Nadeau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer