Olymel: des retombées économiques à prévoir dans la région

Le député de Maskinongé, Marc H. Plante, en... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le député de Maskinongé, Marc H. Plante, en discussion avec le vice-président d'Olymel, division ATrahan, Denis Trahan.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les acteurs régionaux de la Mauricie ont de quoi se réjouir à la suite de l'annonce du projet d'investissement de 80 millions de dollars, ainsi que la création de 350 nouveaux emplois à Yamachiche.

Le préfet de la MRC de Maskinongé, Robert Lalonde, indique que l'annonce de l'investissement ne pouvait pas mieux tomber.

«La MRC de Maskinongé est la plus agricole de la Mauricie. Donc, ça allait de soi», dit-il.

«ATrahan a toujours été un citoyen corporatif excellent, donc on pense que ça va être la même chose», dit-il.

Et puis, 350 emplois tout neufs, «c'est énorme», dit-il. «Je suis ravi.»

Robert Lalonde estime que le bassin de population de la MRC de Maskinongé permettra de combler les postes, mais il faudra sûrement se rendre jusqu'à Trois-Rivières.

«À Trois-Rivières, il y a plusieurs employés qui viennent travailler à Louiseville», dit-il. Donc, si la main-d'oeuvre venait à poser problème, «ce serait un excellent problème», dit-il.

Le vice-président de la division ATrahan d'Olymel, Denis Trahan, prévoit d'autres retombées.

«Ce projet mettra en valeur les expertises et le savoir-faire développés dans la région depuis des décennies, qu'il s'agisse des éleveurs et de toutes les activités connexes, des fournisseurs de biens et services ou de nos employés, les retombées économiques seront bénéfiques pour tous», prévoit-il.

«C'est une excellente nouvelle pour nous, ça stimule notre fierté municipale. En plus d'être maire, je suis aussi un agriculteur, donc c'est d'autant plus intéressant», mentionne le maire de Yamachiche, Michel Isabelle.

L'expérience de l'entreprise qui est bien ancrée dans la région depuis plusieurs années explique, selon le maire de l'endroit, la raison d'un tel investissement à Yamachiche.

«On est dans une région agricole et on sait que c'est difficile d'établir un abattoir en pleine ville, ce qui est un avantage pour nous. De plus, avec l'entreprise de M. Trahan, on ne part pas de zéro, ils ont fait leurs preuves au fil du temps», estime M. Isabelle.

L'annonce de la création de 350 emplois devrait intéresser plusieurs travailleurs de la région, selon le maire.

«C'est une bonne nouvelle pour les emplois. Il y a quand même des emplois de qualité dans cette entreprise. C'est certain qu'il y a des emplois journaliers moins bien rémunérés, mais M. Trahan sait comment amoindrir ces inconvénients en transformant l'endroit en un milieu de travail stimulant», souligne-t-il.

Le député de Maskinongé, Marc H. Plante, ne cachait pas sa joie.

«On ne peut pas être autrement qu'heureux, aujourd'hui. C'est une excellente nouvelle pour le territoire, une excellente nouvelle pour la région», dit-il.

Un tel investissement qui crée autant d'emplois, «c'est très, très rare. Je suis très fier aussi de voir que ce sont des entreprises de chez nous qui vont se développer».

Il n'y a pas d'investissements gouvernementaux, dans l'annonce d'Olymel. «C'est sûr qu'on reste ouvert aux demandes de l'entreprise. On va attendre», indique le député.

«Je suis confiant que dans le bassin de main-d'oeuvre de la région, il y aura de la main-d'oeuvre disponible, de la main-d'oeuvre qualifiée aussi», assure-t-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer