Bureau de Santé Canada: réouverture confirmée

Le service de la rémunération de Santé Canada... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Le service de la rémunération de Santé Canada à Shawinigan va reprendre vie, avec le rappel de 15 employés.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le service de la rémunération de Santé Canada à Shawinigan va reprendre vie, avec le rappel de 15 employés, afin de venir à la rescousse du système de paie Phénix qui connaît des ratés au pays.

La réouverture du bureau de paie de Shawinigan... (Sylvain Mayer) - image 1.0

Agrandir

La réouverture du bureau de paie de Shawinigan sert à venir à la rescousse du système de paie Phénix qui connaît des ratés au pays.

Sylvain Mayer

«On nous a confirmé que le bureau de paie de Shawinigan va rouvrir, ça va être un bureau des Travaux publics, un centre de dépannage pour l'instant. On aurait 15 employés. L'annonce officielle aurait été faite à Ottawa», a indiqué le conseiller syndical de l'Alliance de la fonction publique du Canada, Normand Pelletier.

En début de semaine, celui-ci avait été informé que «des gens d'Ottawa étaient venus visiter nos installations». «Tant que Phénix va mal, ils seront là. On est content qu'on rappelle les gens, on va ramener 15 employés et une masse salariale d'un million de dollars dans la région de la Mauricie», s'est-il plu à souligner.

Celui-ci reconnaît toutefois que sept d'entre eux avaient déjà un travail. «C'est sûr que ce ne sont pas des nouveaux employés, ce sont sept personnes qui étaient affectées à faire autre chose. Ils sont réorientés vers le travail plus urgent», a précisé M. Pelletier.

Par ailleurs, les pépins encourus depuis la mise en place du nouveau système de paie de la fonction publique fédérale Phénix coûteront au bas mot entre 15 et 20 millions $ aux contribuables.

Et les fonctionnaires qui ont des soucis avec leur chèque de paie ne sont pas encore au bout de leurs peines, puisque le fédéral n'envisage pas avoir réglé l'ensemble des problèmes avant le 31 octobre.

Le système Phénix devait à l'origine faire économiser à l'État 70 millions $ chaque année. Or, les coûts s'accumulent devant la crise qui secoue le système de paie du fédéral. La mise en place de quatre centres temporaires de rémunération et d'un centre d'appel, ainsi que l'embauche de plus d'effectifs au centre de Miramichi, au Nouveau-Brunswick, coûteront entre 15 et 20 millions $.

Mais d'autres frais s'ajouteront. «Il y aura des coûts additionnels pour d'autres (choses) qu'on est en train de regarder, pour accélérer les processus sur l'ensemble du système», a indiqué jeudi la sous-ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, Marie Lemay.

Ce montant ne comprend pas non plus les compensations qui pourraient être payées aux employés qui, n'ayant pas reçu leur salaire depuis des mois, se sont tournés vers les banques, ou ceux qui, incapables de payer leurs factures, ont accumulé les pénalités de retard.

Depuis la mise en place en février dernier du système qui gère la paie de plus de 300 000 employés de la fonction publique, 80 000 travailleurs ont connu des difficultés, les montants versés étant inférieurs ou supérieurs à leur salaire. Cette semaine, 1100 de ces cas ont été réglés.

Dans les cas les plus problématiques, les employés n'ont pas touché leur salaire depuis des mois. Mercredi, 486 des 720 employés sans salaire ont enfin reçu leur chèque. Dans deux semaines, à la prochaine période de paie, 234 autres devraient recevoir leur salaire. Mais voilà, depuis la semaine dernière, plus de 500 nouveaux cas problématiques ont été signalés, ce qui laisse présager que la situation est encore loin d'être réglée. La situation difficile a forcé la tenue d'une réunion extraordinaire du comité des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires, jeudi.

À son entrée à cette rencontre, le député néo-démocrate Erin Weir a insisté sur le fait que le gouvernement devait mettre les bouchées doubles pour régler le problème, afin de limiter le montant de la facture. «Le plus longtemps que ce problème dure, le plus grand seront les coûts que le gouvernement devra payer. Donc, c'est tellement important que le gouvernement trouve une résolution à ce problème dès que possible», a-t-il soutenu.

En collaboration avec la Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer