Croissance de 6,8% du prix des maisons à Trois-Rivières

Une hausse du prix des maisons de 6,8%... (Francois Gervais)

Agrandir

Une hausse du prix des maisons de 6,8% s'observe au deuxième trimestre de 2016 à Trois-Rivières.

Francois Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Albert Brunelle
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Une hausse du prix des maisons de 6,8% s'observe au deuxième trimestre de 2016 à Trois-Rivières. Les familles recomposées sont à la source de cette hausse en alimentant la demande de maisons à deux étages.

L'étude sur le prix des maisons et l'étude sur les prévisions du marché de Royal LePage montre que «le segment le plus actif sur le marché a été les familles recomposées qui ont fait l'acquisition de maisons à deux étages pour reloger la famille agrandie».

On explique aussi la hausse des prix et des ventes de maisons à deux étages par le départ de baby-boomers vers les maisons de retraite. «Cette génération laisse derrière elle des propriétés bien entretenues au fil des ans sur le marché de la revente, ce qui constitue pour les premiers et les deuxièmes acheteurs un bon investissement», nous apprend l'étude.

Les chiffres corroborent puisque les ventes de ce type d'habitation ont connu une croissance de 24,7 % et son prix médian a grimpé de 9,3 % pour s'établir à 195 302 $.

Malgré cette hausse, l'évolution du marché immobilier semble être ralentie par un contexte économique qui ne favorise pas les premiers acheteurs. «La croissance économique est moins robuste qu'anticipée et la création d'emplois de qualité tarde à se concrétiser. Dans ce contexte, une certaine catégorie de premiers acheteurs a de la difficulté à accéder au statut de propriétaires, faute d'avoir la mise de fonds nécessaire», ajoute M. Leblanc, dirigeant-propriétaire chez Royal LePage Mauricie.

Au cours de la même période, le prix médian des maisons de plain-pied a connu une hausse plus modérée de 4,3 % alors que ses ventes ont reculé de 2,7 %.

Toutefois, Martin Leblanc prend soin de spécifier que Trois-Rivières n'en demeure pas moins un petit marché et que les fluctuations peuvent grandement varier d'un trimestre à l'autre.

De son côté, la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) a émis un communiqué affirmant qu'un nouveau record de ventes résidentielles est atteint pour le deuxième trimestre de 2016 dans la région de Trois-Rivières.

Le marché trifluvien poursuit donc sur sa lancée, lui qui a connu un rendement hors norme lors du premier trimestre. «Avec 351 ventes réalisées, le nombre de transactions sur le marché immobilier résidentiel trifluvien a progressé de 5 % par rapport à la même période en 2015. Lors du trimestre précédent, nous étions également venus très près d'enregistrer un sommet d'activité pour un premier trimestre. On se dirige donc vers une année exceptionnelle», souligne Lise Girardeau, directrice générale de la Chambre immobilière de la Mauricie et porte-parole de la Fédération des chambres immobilières du Québec pour la région de Trois-Rivières.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer