Aucune nouvelle du Carré Saint-Georges

Le promoteur, Claude Lavoie, avait expliqué sa vision... (Archives)

Agrandir

Le promoteur, Claude Lavoie, avait expliqué sa vision de quartier résidentiel pour personnes âgées autonomes et semi-autonomes. Il avait reçu un accueil enthousiaste.

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Vingt-cinq millions de dollars en investissements, 48 maisons, trois unités familiales totalisant jusqu'à 150 logements, des espaces verts: le Carré Saint-Georges faisait rêver. Or, deux ans après la présentation du projet aux résidents du secteur, il n'a pas avancé d'un iota à la Ville de Shawinigan.

«Après la présentation, je n'ai pas eu d'autres échos», reconnaît Martin Asselin, conseiller du district des Boisés. «Ça a l'air d'être mort dans l'oeuf. Le promoteur avait l'air très emballé, mais après la présentation, on n'a rien entendu.»

Le 5 juin 2014, des dizaines de personnes s'étaient réunies au centre communautaire de Saint-Georges pour prendre connaissance du projet. Le promoteur, Claude Lavoie, avait expliqué sa vision de quartier résidentiel pour personnes âgées autonomes et semi-autonomes, dans un quadrilatère de quelque 65 000 mètres carrés.

Il avait reçu un accueil enthousiaste. M. Asselin mentionne que dans les jours suivants, plusieurs concitoyens lui avaient téléphoné.

«Les gens étaient très intéressés», se rappelle-t-il. «Mais c'est mort et les gens ne m'en ont pas reparlé.»

M. Lavoie n'a pu être joint au cours des derniers jours pour expliquer ce revirement de situation. Au registre des entreprises, l'homme d'affaires préside toujours Gestion Archigroup inc, entreprise qui faisait la promotion du Carré Saint-Georges. Une autre entreprise, Archigroup inc, également présidée par M. Lavoie, a été radiée le 22 juin pour avoir omis de produire deux déclarations de mises à jour annuelles consécutives.

L'homme d'affaires établi à Bécancour semblait pourtant soulagé de la réaction des citoyens après la fameuse assemblée d'information. Il se donnait trois ans pour réaliser son projet.

«C'est sûr à 100 % que j'y vais», avait-il déclaré. «Pas à 98 %. À 100 %, ça se fait.»

Agrandissement

À tout le moins, les retraités du secteur Saint-Georges peuvent se consoler à l'idée que la direction du Domaine du Parc songe sérieusement à procéder à un troisième agrandissement majeur depuis une dizaine d'années. 

En séance extraordinaire le 27 juin, le conseil municipal de Shawinigan a adopté un projet particulier de construction, de modification ou d'occupation d'un immeuble pour permettre la réalisation de ce projet. 

La résolution autorise la présence d'un bâtiment de 125 logements sur quatre étages sur le lot en question. Le propriétaire, Steve Lachance, reconnaît qu'un nouvel investissement est étudié, mais il ne peut rien confirmer pour le moment.

«Nous avons 80 résidents actuellement et c'est sûr qu'il y a une demande», convient l'homme d'affaires. «On aimerait que le projet se fasse, mais on ne peut encore faire de confirmation officielle. J'espère que ça se concrétisera dans les prochains mois.»

Le PPCMOI adopté par le conseil municipal prévoit que la permission obtenue s'annulera «si le projet qu'elle vise à autoriser n'est pas réalisé dans les 60 mois suivant l'entrée en vigueur».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer